Pourquoi le dossier Notre-Dame-des-Landes est un vrai bourbier…

Le projet d’aéroport, lancé en 1963, n’a toujours pas vu le jour. Entre les opposants de la première heure et l’opinion publique de la région, favorable à la construction, l’exécutif est coincé. Il doit pourtant prendre une décision au plus tard fin janvier.

Quand seront donnés les premiers coups de pioche à Notre Dame des-Landes ? La question ne cesse de se poser depuis plus de cinquante ans.

Vendredi 12 janvier, le Premier ministre, Edouard Philippe, doit en terminer avec les concertations qui permettront théoriquement à l’exécutif de trancher sur l’avenir de ce projet d’aéroport controversé. Franceinfo vous explique en images pourquoi la décision de le construire, ou de mettre fin au chantier, est si difficile à prendre.

Un référendum pour, des opposants déterminés

La question se pose depuis 1963, date à laquelle la commune située en plein bocage nantais est choisie pour accueillir le nouvel aéroport. A l’époque, l’Etat veut développer les grandes agglomérations de province. Après le premier choc pétrolier en 1973, le projet est mis entre parenthèses. Il ressort des tiroirs en 1999 sous l’impulsion de Dominique Voynet, ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement du gouvernement Lionel Jospin.

En 2008, le projet est reconnu d’utilité publique. Très vite, l’opposition se mobilise et la ZAD (« Zone d’aménagement différé »), l’emplacement prévu pour la construction, devient la « Zone à défendre ». Les « zadistes » commencent à l’occuper pour empêcher le début des travaux (…).

Source: Yahoo Actualités

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close