Premiers résultats de l’analyse éco-régionale marine des Marquises

 

Le ministre de l’Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a assisté, mardi après-midi, à la restitution de l’analyse éco-régionale marine des Marquises.

Cette étude a débuté en 2013 dans le cadre d’un projet de création d’une aire marine protégée aux Marquises, avec pour but principal de contribuer à l’objectif national de 20 % d’espaces marins protégés à l’horizon 2020.

Le projet a été recentré sur les besoins propres de la Polynésie française et doit s’inscrire dans la politique et les objectifs du Pays et ce dans un contexte géopolitique en pleine transformation où l’océan Pacifique est appelé à devenir une des grandes zones économiques de demain.

L’analyse éco-régionale marine (AER) des Marquises livre un premier état des lieux des connaissances sur le patrimoine naturel et culturel des Marquises. Ce document présente les écosystèmes et le patrimoine naturel marin des îles Marquises étudiés sous le prisme de la spécificité de leurs caractéristiques physiques mais également de la richesse et l’abondance de leur biodiversité, de peuplements originaux et du fort taux d’endémisme.

Ce recensement minutieux fait ressortir la diversité et la richesse des chants, danses, récits et légendes, traditions orales, pratiques de pêche et techniques de navigation, toponymes, savoirs et savoir-faire liés aux espèces, aux espace marins, paysages, permettant à ces trésors immatériels vulnérables, d’être mis à la disposition des générations futures.

Le patrimoine culturel matériel lié à la mer n’est pas oublié : sites, éléments de l’art lithique, tiki et pétroglyphes, espaces et objets liés à la mer, sont également présentés. Enfin, l’analyse de l’impact des activités humaines contemporaines, des usages et pressions, des réglementations et de leur degré d’application débouchent sur la définition d’enjeux principaux et sur des mesures de gestion générales en vue d’une gestion raisonnée et durable des espaces marins.

Le ministre a salué ce premier travail, mais il a rappelé qu’il constitue une étape vers d’autres études spécifiques sur les Marquises mais également sur les autres archipels. Pour lui, cette étude éco-régionale doit être étendue à moyen terme aux îles de la Société, aux Australes et aux Tuamotu-Gambier, afin de disposer d’un socle de connaissances et de données de base similaires pour tous les archipels.

Le ministre a remercié tous ceux qui ont contribué à l’élaboration de ce document, les experts traditionnels marquisiens, les experts techniques de tous les horizons et de l’ensemble des instances du Pays mais également les représentants de la société civile marquisienne qui étaient présents pour cette présentation.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close