Présidence du COPF: les compteurs remis à zéro

La cour d’appel de Papeete a statué ce matin sur l’élection en janvier 2016 de Tauhiti Nena à la tête du Comité olympique de Polynésie française (COPF), la jugeant illégale.

Cette décision met un coup d’arrêt, tout au moins provisoire, à la « guéguerre » que se livrent l’intéressé et le Pays depuis plusieurs mois déjà.

La bataille juridique ayant été perdue, Tauhiti Nena va désormais devoir se concentrer sur un nouveau combat, à savoir: retrouver son fauteuil lors du prochain scrutin organisé d’ici quatre mois.

Rappelons que la plainte avait été déposée à l’époque par le président de la fédération de volley-ball, Abel Temarii, après avoir constaté des irrégularités.

Ce qu’a d’ailleurs implicitement reconnu Tauhiti Nena, invité jeudi soir sur le plateau de Polynésie 1ère. Car, en effet, il a bien été désigné avec les suffrages de deux présidents de fédération, Alfred Martin (tennis) et Bernard Costa (triathlon), qui n’étaient pas encore officiellement en fonction. Quand bien même il n’avait pas besoin de ça pour l’emporter…

Toujours est-il que l’ancien président du COPF n’est pas mécontent aujourd’hui de voir les compteurs remis à zéro pour repartir à la conquête du monde sportif polynésien.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close