Présidentielle: près de 500 personnes mobilisées derrière F. Fillon

Les jardins de l’hôtel de Ville de Papeete accueillaient jeudi soir le dernier meeting de campagne “pro Fillon” avant le premier tour de la Présidentielle.

A un peu plus de vingt-heures du premier tour, le Tapura huiraatira a rassemblé près de cinq cent personnes. 

Venus de plusieurs communes de la zone urbaine de Tahiti, ces militants et sympathisants sont venus apporter un soutien sans faille au candidat des Républicains, répondant ainsi à l’invitation des dirigeants de la majorité territoriale au premier rang desquels, le président du mouvement, Edouard Fritch.

Pour ce dernier meeting avant le “jour J”, le chef de l’exécutif local était entouré de nombreuses personnalités locales: du maire de la capitale, Michel Buillard, aux parlementaires, Lana Tetuanui et Maina Sage, aux ministres du gouvernement en passant par des représentants à l’assemblée.

Plusieurs d’entre eux ont défilé à la tribune pour dire leur intime conviction dans les chances de François Fillon d’accéder au deuxième tour, dimanche matin (dimanche soir en métropole), à l’heure où les premiers résultats seront communiqués à la télévision.

Il est vrai qu’au fil des jours les écarts dans les sondages (si tant est qu’ils se révèlent exacts!) se sont resserrés entre les quatre prétendants “sérieux” (Macron, Le Pen, Mélenchon et Fillon) à la fonction suprême mais seul ce dernier semble avoir l’expérience et la “carrure politique” pour relever les nombreux défis qui se posent à la France.

Contrairement à ce que l’on a coutume de dire, cette élection présidentielle revêt un enjeu capital pour les états-majors politique locaux qui, dans la foulée, avec les législatives puis les territoriales de mai 2018, vont pouvoir se compter. De son côté, rappelons que le Tahoeraa de G. Flosse a fait le choix de soutenir Marine Le Pen, le maire de Paea préférant quant à lui “pencher” en faveur d’Emmanuel Macron, alors que le Tavini huiraatira appelle ses troupes à ne pas se rendre aux urnes.

Avec ses 15 000 adhérents à jour de cotisation, après un peu plus d’un an d’existence, le parti d’Edouard Fritch, qui regroupe de nombreux maires, va vivre ces jours-ci un véritable test que les observateurs ne manqueront pas d’analyser au lendemain du 8 mai.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close