Primaire de la droite: le Tapura jusqu’au bout derrière Juppé

Pour le représentant officiel d’Alain Juppé en Polynésie française, Tearii Alpha, « c’est une nouvelle élection qui commence… » et rien n’est joué!

Au lendemain du premier tour de la Primaire de la droite et du centre qui a vu François Fillon et Alain Juppé se qualifier pour un deuxième round, Tearii Alpha a profité de cette occasion pour lancer un appel à la mobilisation.

Quand bien même l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy bénéficie d’une avance confortable, « aujourd’hui, les compteurs sont remis à zéro », souligne notre interlocuteur. Et d’espérer que cette semaine soit mise à profit pour comparer les programmes des deux prétendants au titre.

Au yeux de Tearii Alpha, il ne fait toujours aucun doute qu’Alain Juppé est « le plus à même d’aider et de soutenir notre Polynésie pour le quinquennat à venir ».

Face aux journalistes rassemblés ce midi à la permanence du parti Tapura huiraatira, il a notamment justifié la poursuite du soutien apporté au maire de Bordeaux. Par opposition à l’opportunisme de certains, lui se refuse à changer de cheval à mi-parcours et entend aller jusqu’au bout du combat. Même si au soir du second tour, le 26 novembre, toute la famille politique de la droite et du centre se rassemblera, naturellement, autour du vainqueur.

Au plan local, Tearii Alpha a annoncé officiellement les résultats obtenus, à savoir 11 457 votants, soit une participation de 6,57%.

5439 Polynésiens ont voté en faveur d’Alain Juppé contre 4646 pour Nicolas Sarkozy, Fillon arrivant à la troisième place avec 652 suffrages. Sur treize bureaux de vote, dix ont penché en faveur d’Alain Juppé alors qu’à Punaauia, Mahina et Uturoa, c’est Nicolas Sarkozy qui s’est imposé.

S’agissant enfin des « couacs » liés à l’organisation, Tearii Alpha plaide non coupable, arguant que les organisateurs n’ont fait qu’appliquer le règlement intérieur édicté par la haute autorité à Paris. En l’occurrence, il ne pouvait y avoir qu’une seule urne par bureau, d’où le constat de files d’attente. En revanche , il a fustigé l’impression de 40 000 bulletins de vote par le Tahoeraa, à la demande de son président Gaston Flosse qui craignait une insuffisance de matériel de vote. Et de préciser aujourd’hui que les 26 000 bulletins acheminés par la haute-autorité dépassaient largement les besoins…

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close