Primaires à gauche: Manuel Valls séduit l’Outre-mer

A vingt-quatre heures du second tour des primaires de la gauche en Polynésie française, l’ancien Premier ministre, Manuel Valls, publie “onze programmes territoriaux pour un nouveau souffle dans les Outre-mer”.

Même si les départements et territoires français d’outre-mer n’ont jamais réellement pesé sur l’issue d’une élection présidentielle, il y a là, malgré tout, un réservoir de suffrages dont nul ne peut se passer.

Ce qu’a d’ailleurs bien compris Manuel Valls, contraint de rattraper son retard face à Benoît Hamon arrivé légèrement en tête dimanche dernier en métropole avec 36,3% des voix contre 31,48% pour celui qui doit porter le (lourd ?) fardeau du quinquennat qui s’achève.

Toujours est-il que dans l’hypothèse de son accession sur la plus haute marche du pouvoir, Manuel Valls liste un programme d’actions en six points pour la Polynésie française; programme dont pourront toujours s’inspirer les 240 électeurs polynésiens qui se sont rendus aux urnes le 21 janvier dernier, dont 90 en sa faveur.

Parmi ses priorités, citons le maintien de la contribution de l’Etat au régime de solidarité à hauteur de 12 millions d’euros par an. Il est question également de sanctuariser le montant de la Dotation globale d’autonomie à son niveau de 2017. Autre attention forte, celle visant à renforcer les moyens du service d’oncologie au CHPf pour le traitement des cancers. Dans ce registre, Manuel Valls propose un investissement dans du matériel performant à hauteur de 6 millions d’euros (720 millions Fcfp) sur trois ans.

L’ancien Premier ministre reprend également à son compte la construction du Centre culturel à Papeete sur lequel l’actuel chef de l’Etat s’est déjà engagé. Le dossier est en cours. Par ailleurs, Manuel Valls assure vouloir lancer “des consultations pour une évolution institutionnelle du fenua allant vers une plus grande autonomie”. Ce qui, soit dit en passant, n’a jamais été demandé par le président Edouard Fritch, sinon un toilettage des dispositions en vigueur pour assumer mieux encore les compétences dévolues à la Polynésie française.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close