Production audiovisuelle et cinématographique: 1er bilan des Etats généraux

Les 1ers États généraux de la production audiovisuelle et cinématographique en Polynésie française ont eu lieu le 1er décembre 2015 et ont permis de dresser un État des lieux de notre filière, de définir nos enjeux, nous fixer des objectifs réalistes mais ambitieux, de faire des propositions d’actions à mettre en œuvre.

La mise en place de l’APAC en 2007, puis l’éligibilité des producteurs polynésiens aux aides du CNC en 2013 a permis la naissance et le développement d’une filière audiovisuelle et cinématographique en Polynésie française :

  • alors qu’il y avait à peine 15 techniciens en Polynésie française il y a 15 ans, nous sommes aujourd’hui plus de 100,
  • le nombre de sociétés de production est passé de 3 à 14 en 10 ans
  • alors qu’aucun documentaire polynésien n’était produit il y a 8 ans, 20 sont produits chaque année,
  • les œuvres polynésiennes jusqu’à il y a 7 ans dépassaient rarement nos barrières de corail, aujourd’hui elles sont diffusées dans le Monde entier : Season, Planète Thalassa, Thalassa, TV5 Monde, France Ô, France 3, Discovery HD, ARD, RAI, NHK, SF DRS, VIASAT, High fidelyty, Télé Quebec , RTSI, TV3, Odisea, KBS, Al Jazeera, Teuve, YLE, etc.
  • des séries de mini fictions, de fictions locales voient le jour. Les documentaires font l’objet de collections et sont présentés tant à des chaînes locales que nationales,
  • la Polynésie française est présente depuis trois ans sur deux marchés nationaux du film.

A la croisée des chemins, il était important de prendre ce temps de réflexion, d’analyse et de consultation pour envisager le développement de la filière audiovisuelle et cinématographique dans les années qui viennent.

Les consultations continuent et nous invitons ceux qui n’ont pas pu être présents les 30 novembre et 1er décembre, pour des raisons d’emploi du temps notamment, à nous contacter par mail à contact@audiovisuel-et-cinema-en-polynesie-francaise.com.

Les conclusions des états généraux de la production audiovisuelle et cinématographique en Polynésie française feront l’objet d’un rapport transmis au gouvernement et aux représentants de l’assemblée de la Polynésie française.

Un comité de pilotage élargi se réunira ensuite trois fois par an à l’issue de l’édition finale des conclusions des Etats généraux pour suivre l’avancée des actions à mettre en place retenues.

Rappelons que les deux associations porteuses du projet, l’ATPA et le SPAPF, ont été force de propositions ces dix dernières années : dès 2004 leurs membres ont été à l’initiative puis associés au travail sur les textes fondateurs de l’APAC, puis dès 2007 sur l’éligibilité des producteurs polynésiens aux aides du CNC et continuent à porter des dossiers dans le seul but du développement de notre filière.

Au-delà de ces avancée cruciales pour notre filière, elles sont à l’origine d’actions collectives : Oceania pitch organisation au sein du FIFO, Master class dédiés aux professionnels, Diplôme Universitaire aux métiers de l’Audiovisuel, présence collective au Sunny side of the doc, etc. et participent activement aux festivals de films locaux : le FIFO, le Vini film festival on Tntv, le festival courts des îles.

Communiqué

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close