Professeurs absents: la République en Marche en appelle au ministre de l’Education nationale

Le secrétariat de la République en Marche Polynésie adresse ce jour un courrier au ministre de l’Education nationale, M.Blanquer, pour l’alerter à son tour sur le non-remplacement de professeurs absents dans l’enseignement public.

Monsieur le Ministre,

Alors que la réforme de l’éducation voulue par le Président de la République inclut des mesures accordant d’avantage de chances de réussite aux élèves, nous nous permettons de vous interpeller aux côtés de la Fédération des associations des parents d’élèves de Polynésie (Fapeep). Cette organisation recueille de nombreux soutiens parmi les associations de parents d’élèves concernées par la problématique suivante.

Depuis la rentrée des classes, au moins quinze postes d’enseignant de ne sont toujours pas affectés en remplacement de professeurs absents (très probablement 20 au mois de septembre).

Le Vice rectorat explique la situation au moyen d’une extraction actualisée du Contrôle national des emplois (CNE) faisait apparaître une « surconsommation » dans l’enseignement public du second degré en Polynésie. Selon l’antenne locale du ministère de l’Education nationale, cet état comptable expliquerait, les absences d’enseignants pointées par les parents d’élèves. 

Comme vous pourrez le comprendre, cette logique comptable ne convainc pas la majorité de parents dont les enfants se trouvent, depuis le début de l’année scolaire, sans professeur, dans une, voir plusieurs disciplines (certains de ces élèves passent en fin d’année le DNB (Diplôme national du brevet) ou le baccalauréat)

Votre homologue polynésienne subodore un blocage par le Vice Rectorat du recrutement de contractuels destinés à combler les remplacements nécessaires.

 

Le partage de compétences entre l’Etat et le gouvernement de Polynésie n’explique pas que l’on puisse opposer des contraintes administratives à la réussite d’élèves polynésiens.

Nous savons que vous aurez à cœur de prendre en compte une situation susceptible d’abonder d’avantage au grave échec scolaire dont souffre la Polynésie.

Pour mémoire, 40% des élèves polynésiens ont des difficultés à lire et à écrire en sortant du primaire. Seuls 59% obtiennent le diplôme national du brevet (DNB) et 30% sont en décrochage scolaire.

Le taux d’accès au baccalauréat général dans une classe d’âge est d’environ 16.5% , soit le niveau métropolitain de 1970.

La Chambre territoriale de comptes estime que le retard scolaire de la Polynésie est (…) d’environ 20 ans, soit l’équivalent d’une génération.

Les chiffres sont tellement catastrophiques que le Pays et le Vice-rectorat axent la convention décennale 2017-2027 sur la lutte contre le décrochage.

Dans l’attente de vous lire, veuillez Monsieur le Ministre de l’Education Nationale être assuré de notre considération la plus haute.

Heimana Garbet Référent pour La République en marche Polynésie

BP 40223 98713 Papeete Tahiti Polynésie Française

enmarchepolynesie@gmail.com

https://www.facebook.com/enmarchepf/?fref=ts

Copie : Monsieur Jean-Marc MORMECK – Délégué à l’égalité des chances des Français d’Outre-Mer

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close