Projet de parcours ethno-botanique dans la vallée d’Opunohu

Le ministre de la Culture et de l’Environnement, Heremoana Maamaatuaihutapu, s’est déplacé, jeudi, sur Moorea, afin de faire le point sur les projets menés à Opunohu dans le cadre du projet INTEGRE (Initiative des territoires du Pacifique sud pour la gestion régionale de l’environnement). 

Cette visite a été l’occasion d’échanger avec les acteurs  associés à ce projet, et notamment la commune de Moorea-Maiao, les services du Pays, et les représentants des associations culturelles présents.

La vallée d’Opunohu constitue un site majeur pour l’étude de l’occupation polynésienne ancienne dans les îles de la Société. Les données archéologiques et ethno-historiques relatives au domaine témoignent d’une occupation ancienne de la vallée comprise entre 600 et 1 100 APJC. Plus de 600 édifices ont été recensés : édifices religieux ou marae, séculiers en pierres, paepae, maison communales, habitations et terrasses agricoles qui indiquent un système social hautement développé et hiérarchisé.

Compte tenu de l’exceptionnelle richesse archéologique du site, le comité de pilotage mis en œuvre dans le cadre du projet INTEGRE a proposé la réalisation d’un  « Parcours de découverte et d’interprétation ethno-botanique », qui permettrait de mettre en valeur et de protéger cet ensemble remarquable. Afin de mener à bien cet aménagement,  des études préalables ont été menées, dans les domaines archéologiques et botaniques.

Le docteur Jennifer Kahn de l’Université William et Mary de Virginie a été mandatée pour réaliser la prospection des sites archéologiques pouvant être rénovés. Ces travaux, qu’elle a présenté au ministre de la Culture, ont permis de réaliser un état initial des structures archéologiques et d’identifier les espaces à protéger et à aménager. En complément des études archéologiques, une expertise botanique et forestière est en cours de finalisation, réalisée par Fred Jacq. Cette étude a permis la datation de la forêt, dont certains individus auraient plus de 200 ans.

Suite à la présentation de ces deux études qui permettront de définir le projet d’aménagements à venir, les représentants des associations présents, ainsi que les élus municipaux, ont pu échanger avec le ministre sur ce projet de parcours ethno-botanique. Si tous les acteurs sont enthousiasmés par ces études, et les connaissances qu’elles apportent sur la richesse de la zone, ils n’ont pas manqué d’exprimer leurs craintes sur la gestion future des aménagements.

Evoquant l’exemple réussi de Fare Hape dans la vallée de la Papenoo, le ministre a indiqué qu’il est indispensable qu’un comité de gestion soit créé afin de gérer le site, à l’image de celui mis en place pour Taputapuatea.

La journée s’est terminée par une visite sur le terrain durant laquelle Jennifer Khan et Fred Jacq ont présenté au ministre et au maire de Moorea, Evans Haumani, une sélection de sites qui pourraient faire l’objet de restaurations afin de les rendre accessibles au public. Ces aménagements s’accompagneraient d’une signalétique et de panneaux d’interprétation permettant à tous de découvrir la richesse de ce site. Le projet d’aménagement, et notamment la zone à restaurer, doit être validé lors d’un prochain comité de pilotage, afin que ce parcours puisse prendre forme d’ici la fin de l’année 2016.

Communiqué du gouvernement

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close