PSG: le remède sera douloureux

La ministre de tutelle, Tea Frogier, a prévenu: les réformes nécessaires pour remettre la PSG (Protection sociale généralisée) et notamment le régime de retraite sur de bons rails, promettent d’être douloureuses…

Mieux vaut prévenir que guérir ! a t-on généralement coutume de dire. Sauf qu’en l’espèce, le « malade » ne pourra pas faire l’économie d’un traitement de choc pour se remettre debout et s’assurer une certaine longévité.

C’est qu’à force de reculer et de mettre la tête dans le sable – comme l’ont fait les pouvoirs publics depuis une dizaine d’années – l’état de la PSG devient presque désespéré. Pour preuve, courant mars 2016 au plus tard, la Caisse ne devrait plus être en mesure de verser toutes les pensions de retraite, faute de liquidités suffisantes. Actuellement, le régime perd six milliards de Fcfp par an.

Les causes de ce profond déséquilibre sont connues de tous: avec la crise de l’emploi (10 000 salariés en moins depuis 2008) et des conditions de départ jugées trop généreuses, les cotisations CPS ne suffisent plus aujourd’hui et ce, malgré les nouvelles ponctions décidées l’an dernier.

Alors, que faire ? Les pistes sont nombreuses. Un savant mélange s’impose. Mais plus tout, l’adhésion des partenaires sociaux, patrons comme organisations syndicales, est requise pour pouvoir faire passer la pilule. A l’évidence, c’est mal parti…

Un éventuel passage à 62 ans, contre 60 actuellement, est loin de faire l’unanimité. Pourtant, c’est déjà la règle dans de nombreux pays occidentaux. Il n’empêche, la plupart des syndicalistes, CSTP-FO et CSIP, ne veulent pas en entendre parler.

Ces derniers ont bien quelques « idées » pour redresser la barre. Mais seront-elles suffisantes…Trop facile! A l’instar de Mahinui Temarii, bras droit de Patrick Galenon, plutôt remonté contre les salariés qui reprennent du service. Aussi, il faut suspendre leur pension, lance t-il. Eugène Sommers, quant à lui, pointe du doigt une autre anomalie du système, celle qui veut que les avantages en nature au sein des entreprises ne sont pas soumis à cotisations. A l’en croire, cela représente la bagatelle de 14 milliards de Fcfp.

A priori, toutes les contributions sont bonnes à prendre. Si tant est qu’elles soient réalistes. Mais de grâce, nul n’a intérêt à bloquer le processus de réformes qui s’impose. A moins d’être complètement irresponsable.

 

Télécharger l'article en PDF

17 pensées sur “PSG: le remède sera douloureux

    • 7 août 2015 à 22 h 52 min
      Permalink

      Arrêtez la polémique. Oui elle cotise à la CPS et elle au moins elle a le courage de porter ce dossier lourd dont les résultats d’aujourd’hui ne sont pas de son fait à elle. Autrement, faites des propositions ou prenez sa place….

      Répondre
  • 7 août 2015 à 7 h 24 min
    Permalink

    C’est encore les travailleurs qui vont devoir raquer!!! Mais à aucun moment on parle de l’argent qui a été prêté, qui a été placé et perdu. C’est cet argent qu’il faut ramener d’abord avant de demander aux salariés et aux employeurs de payer. Pas toujours les mêmes!!! Et l’année prochaine on va encore nous sortir le même refrain….

    Répondre
  • 7 août 2015 à 16 h 55 min
    Permalink

    Malgré le fait que cela me contrarie au plus haut point a quoi ça sert de faire partir les vieux pour embaucher des jeunes ? Et derrières on fabrique des taxes au patron pour qu il paye plus et bien sur le patron n embauche plus c est le serpent qui se mort la queu il faut faire quelque chose c est sur et je vois que c est une femme qui a suffisamment de couille pour attaquer le sujet avec courage
    Faaitoito THea Frogier

    Répondre
  • 7 août 2015 à 18 h 04 min
    Permalink

    De tout manière. C’est soit ça ou l’option 2 ils vont encore faire un emprunt à la banque pour renflouer la CPS. Et c’est encore le contribuable qui paiera le crédit comme d’hab. Ce que je trouve arrogant et extrême de la part du gouvernement. C’est qu’il trouve normal de mettre à genou la population qui paie leur salaire avec l’argent public mais qu’il trouve anormal de se remettre en question sur leur gestion et appliquer des réformes sur leurs privilèges et salaires pour remettre l’économie du pays en équilibre. J’appel pas ça de la solidarité mais du mépris, et de la démagogie envers la population.

    Répondre
  • 7 août 2015 à 19 h 29 min
    Permalink

    Ce qui me dérange c’est de penser que ceux qui n’auront jamais eu d’aides, auront bossé dur pour se dégoter un travail, paieront pour les assistés qui ex, ont plus d’avantages que les salariés. Est ce cela l’égalité?

    Répondre
  • 7 août 2015 à 19 h 56 min
    Permalink

    C’est toujours les même qui vont encore en pâtir et serrer la ceinture.
    Et les gros salaires de nos politiciens, pourquoi ils ne baissent pas ?

    Répondre
  • 7 août 2015 à 20 h 09 min
    Permalink

    toi ,tea frogier tu à commencé à travailler a quel age;et ses toi qui décide de réformé notre retraite ,vos réforme d’accord pour les nouveau qui vient d’entré dans la société ,et non à c’eut qui arrive a fin de carrière ;moi j’ai commencé à travailler à l’age de 14ANS j’ai cotisé depuis; arrivé à 35 année de cotisation ,et voila votre réforme je ne suis pas d’accord la! va revoir votre réforme . j’appel à tous les retraité de porté plainte contre ses réforme

    Répondre
  • 7 août 2015 à 21 h 48 min
    Permalink

    Tous des bouffons, la classe moyenne n’est pas la vache a lait de tout le monde….Faut arrêter les aides là

    Répondre
  • 7 août 2015 à 23 h 05 min
    Permalink

    Je suis pour les réformes de fond et sur tous les domaines : santé – socia, retraitel et ce, avant même de penser à diminuer les retraites, avant même de penser à augmenter les cotisations…. Il y a des domaines ou il est possible de mettre des prestations en berne : suivis médicaux pour tous à domicile, prime à l’accouchement, niveau des allocations, paiement des garderies, moni ruau…. La priorité doit rester aux vrais soins médicaux et à la prévention. La retraite aussi ne doit pas subir autant de baisse. La prise de position du pays de laisser partir des personnes à 50 ans à la retraite a été la faillite du régime. Il doit compenser les pertes dues à ces privilèges et au retard qu’ils ont pris pour passer l’âge limite à 55 ans alors qu’aujourd’hui 60 ans semble l’âge normal et non pas taper sur les cotisants à qui certains de la CPS dévoilent que les changements seront catastrophiques. Autrement, je réclame le remboursement de toutes mes cotisations depuis que je travaille. Il est hors de question que je paie pour ceux qui ont eu des privilèges (départ avant 60 ans), oui hors de question. J’aimerais bien voir le bilan annuel de chaque secteur et qu’un référendum soit fait pour demander l’avis de la population sur le maintien de telle ou telle privilège… Merci

    Répondre
  • 8 août 2015 à 6 h 27 min
    Permalink

    Qu’ils commencent déjà par cotiser à la cps. c’est sur que c’est pas ça qui bouchera le trou mais je pense que ça les fera réfléchir autrement.

    Répondre
  • 8 août 2015 à 7 h 42 min
    Permalink

    Ce qui me désole dans tout ce mic Mac on ne nous demande jamais notre avis pour nous imposer alors que c’est grâce a nos coti que la Cps vit bien et vouloir nous faire payer encore plus voire ne plus verser nos retraites j’attends ce moment la pour montrer de quel bois je me chauffe ! Complètement ILLÉGALE !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close