Quand la rémunération du président du Haut Conseil fait polémique…

Dans un communiqué reproduit ci-dessous en intégralité, le parti orange commente un article paru ce jour dans la presse quotidienne, relatif à la rémunération de Stéphane Diémert à la tête du Haut-Conseil. 

Le Tahoera’a Huiraatira prend connaissance avec un certain effarement du contenu  de l’article de la Dépêche de ce jour, portrait au vitriol du président du Haut Conseil, semblant accréditer l’idée que ce dernier préparerait un recours contre la nomination de Tea Frogier au sein du gouvernement à la demande de Gaston Flosse.

On croit rêver ! Ces accusations graves ne reposent sur aucun fondement et n’ont d’autres buts que d’essayer de semer la division au sein de la majorité en remettant en cause les décisions du précédent gouvernement. Le gouvernement est seul responsable de l’illégalité éventuelle dans laquelle il se trouverait eu égard à sa composition. Le président du mouvement Gaston Flosse qui a été tenu à l’écart de la composition de celui-ci et avait assuré qu’il ne s’en mêlerait pas, n’a nullement l’intention d’engager un recours contre son propre camp.

En revanche, il déplore la méthode utilisée ce matin contre le président du Haut Conseil, qui rappelle les sombres années du taui où la délation permanente était devenue un mode de gouvernement qui a bien failli tuer la cohésion de  notre Pays. Il regrette que soient exposées et jetées en pâture des personnes de la qualité du président du Haut Conseil, et il s’interroge de savoir comment des données confidentielles concernant la rémunération ont pu arriver dans les mains d’un journaliste, alors que ces informations sont détenues uniquement par l’intéressé et par le service des finances. La rémunération du président du Haut Conseil est conforme à ce que perçoit en Polynésie française un haut fonctionnaire de l’Etat en détachement et soumis à l’indexation, et sont en rapport avec ses compétences. Chacun reconnait l’utilité pour les autorités du pays de disposer d’un organe qui les assiste dans l’élaboration des règlementations compte tenu des nombreuses compétences que détient la Polynésie française.

Les rémunérations de certains membres du cabinet du Président, si elles étaient indexées, seraient certainement voisines de celle du président du Haut Conseil. Mais il n’est pas certain que le service rendu soit de même qualité si l’on considère les couacs qui accompagnèrent précisément la composition du gouvernement. Si d’aventure le président Edouard  Fritch n’était pas satisfait de ses services, il dispose d’autres moyens pour le faire savoir à l’intéressé, plus respectueux de la dignité de la personne humaine que le lynchage médiatique.

Cet article semble avoir pour seul objectif de régler des comptes dans l’entourage direct du président du Pays. Le président du mouvement s’interroge de savoir si le président du Pays cautionne ces méthodes.

Cliché extrait du site de la Ville de Papeete lors de la rencontre entre Stéphane Diémert et le maire Michel Buillard

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close