Quand le orero réunit les peuples du triangle polynésien…

Le président Edouard Fritch et la ministre de l’Education, Nicole Sanquer-Fareata, ont assisté, mardi soir, au Grand théâtre de la Maison de la Culture-Te Fare Tauhiti Nui, à la 8ème édition de la rencontre des lauréats du ’ōrero des écoles primaires et des centres des jeunes adolescents (CJA) de la Polynésie française.

Cet évènement est organisé par le pôle Langues et Cultures Polynésiennes de la Direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE), en partenariat avec la Fédération des œuvres laïques (FOL), et sous le haut patronage du ministère de l’Education et de l’Enseignement supérieur.

Cette rencontre a été l’occasion pour sept orateurs et percussionnistes de la Fraternité chrétienne et vingt-sept autres ti’a ’ōrero (soit 34 au total) originaires des archipels de la Polynésie française, de Hawaii et de Wallis et Futuna, de révéler au public leur maîtrise de cet art oratoire ancestral. Enfants et adolescents âgés de 9 à 19 ans se sont produits sur scène pour déclamer, leur île, leur archipel, leurs héros légendaires dans leur langue polynésienne d’origine.

2016-06-07-MEE-ORERO CJA 1

Chaque année, le projet ’ōrero permet de mettre en exergue une diversité de formes d’expressions artistiques spécifiques à la Polynésie.

La soirée a été également ponctuée de magnifiques chants interprétés par les jeunes choristes de l’école Erima d’une part, et d’autre part, de sons harmonieux des percussions de l’orchestre des élèves du CJA de Outumaoro rappelant ainsi que l’éducation musicale et la maîtrise d’un instrument de percussions traditionnel, pahu, fa’atete, tō’ere, tariparau, sont inscrits dans les programmes scolaires territoriaux.

Des orateurs venant des quatre coins du Pacifique

Pour cette 8ème édition, les orateurs ont déclamé sur scène dans leur langue polynésienne d’origine : trente-deux élèves sont originaires des Australes, des Marquises, des Tuamotu, des Gambier, des îles Sous le Vent, de Tahiti et de Moorea. Deux élèves ont fait le voyage de Hawaii et Futuna pour cet évènement.

En effet, en 2014, afin d’impulser une dynamique régionale, le ministère de l’Education a proposé aux pays des sommets du triangle polynésien (Nouvelle-Zélande, Hawaii et île de Pâques) et aux collectivités territoriales françaises du Pacifique (Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna) de se joindre à cette manifestation. Le public a ainsi eu l’occasion d’apprécier le futunien (2ème participation à et événement), le hawaiien (3ème participation) et toutes les langues de la Polynésie française, désignées par le terme générique reo mā’ohi, qui sont réparties sur cinq archipels.

La rencontre territoriale de ’ōrero est une action forte pour la promotion de nos langues qu’il convient de valoriser et de soutenir, afin de donner encore davantage de vigueur aux traditions, et permettre la continuité de la transmission du patrimoine culturel et linguistique aux élèves et par les élèves.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close