Quatre mois avec sursis pour les deux profanateurs de la mosquée de Papeete

C’est la peine prononcée, ce matin, par le tribunal correctionnel de Papeete, à l’encontre deux deux frères qui avaient « bêtement » souillé l’entrée du nouveau centre islamique.

Le 27 juin dernier, aux environs de 17h, les auteurs des faits n’avaient rien trouvé de mieux à faire que de déverser à même le sol du sang ainsi qu’une tête de porc.

Pour expliquer leur geste, ils ont indiqué avoir réagi « sur le coup de la colère » afin de « protéger la Polynésie » d’un imam auto-proclamé qui, à l’époque, s’était attiré les foudres d’une partie de la population polynésienne.

Ils ont donc été condamnés à une peine avec sursis et devront s’acquitter, en outre, d’une amende de 100 000 Fcfp.

Précisons que dans cette affaire l’imam El Barkani ne s’est pas constitué partie civile. Probablement, pour ne pas mettre de l’huile sur le feu!…

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Quatre mois avec sursis pour les deux profanateurs de la mosquée de Papeete

  • 19 novembre 2014 à 17 h 13 min
    Permalink

    Dans ce pays à majorité chrétienne, on juge et on punit des gens qui salissent un lieu de culte étranger. Dans les pays à majorité musulmane, les gens qui détruisent les lieux de culte étrangers et qui massacrent ceux qui y prient sont encouragés.
    De plus on est jugé et condamné à mort si on se marie avec quelqu’un de non musulman! L’actualité l’a encore montré il y a fort peu de temps…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close