Quatre mois de prison avec sursis pour des rodéos trop bruyants

Un homme de 18 ans était jugé ce lundi devant le tribunal correctionnel de Créteil pour « trouble à la tranquillité d’autrui par agressions sonores ».

« Vous êtes poursuivi pour le bruit que vous avez causé », résume la présidente du tribunal correctionnel à Nassim I. Lundi, ce lycéen de 18 ans habitué des rodéos rue du Berry à Chevilly a été condamné par le tribunal correctionnel de Créteil à quatre mois de prison avec sursis et 105 heures de travail d’intérêt général (TIG). Il était poursuivi pour «trouble à la tranquillité d’autrui par agressions sonores ».

La nouvelle « parade » voulue par la nouvelle patronne des policiers du Val-de-Marne, Valérie Martineau, pour lutter contre les rodéos : une procédure montée pour ce délit habituellement lié aux troubles de voisinage. Nassim I., cheveux longs noués et mains croisés dans le dos était donc jugé pour avoir fait partie de ceux qui ont « agressé » les oreilles du quartier à bord de sa mini-moto.

« J’habite au 16e étage. Et c’est comme si j’étais en bas », a raconté aux policiers cet habitant de Chevilly-Larue. L’un de ceux du quartier des Sorbiers devenu « fou » avant l’été à cause du bruit causé par les rodéos incessants en bas de la cité. A cette époque, les mains courantes s’empilent pour des demandes d’intervention de la police. « Le bilan, explique la présidente, c’est que c’était devenu invivable pour tout le monde ».

D’autant que les habitants expliquent être « insultés », « menacés » dès lors qu’ils demandent que le va-et-vient des moto-cross s’arrête. « J’assume ce que j’ai fait, j’ai conscience du bruit que ça a causé, mais je n’ai jamais insulté ni menacé », explique Nassim I. à la barre. Il n’est jamais dehors « le soir », et « tout ce qui est cassage de cadenas », ce n’est pas lui non plus. Ceux qui ont été installés à dix reprises par les services techniques de la ville de Chevilly pour fermer le city stade de la rue du Berry. Les habitants avaient réclamé sa fermeture par le biais d’une pétition, car (…)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close