Quel « acharnement judiciaire » ? s’interroge le Tapura

Le Tapura huiraatira répond dans un communiqué aux déclarations de Gaston Flosse hier, se plaignant d’être victime d’un « acharnement judiciaire».

Entendre les avocats de Gaston Flosse et Pascale Haiti parler « d’acharnement judiciaire » relève du comique de répétition.

Si Gaston Flosse est abonné aux salles des tribunaux, au point d’être qualifié par la presse nationale d’être « l’homme le plus condamné de France », c’est bien parce qu’il s’est mis lui-même dans des situations délictueuses.

Mais tel Caliméro, le président déchu ne cesse de pleurnicher : « c’est vraiment trop injuste ». C’est toujours la faute des autres, le juge d’instruction, le Parquet, le président de la République, les méchants qui lui veulent du mal alors que « tout est faux ».

Mais au fil des audiences on décrypte surtout le système Flosse où les hommes d’affaires auront été constamment mis à contribution pour payer les dépenses personnelles de l’ancien président, qui pour régler les pensions alimentaires, qui pour acheter de la vaisselle. La confusion entre le bien privé et le bien public est totale.

Quand Gaston Flosse prétend qu’il est le seul à pouvoir redresser le Pays, il n’a finalement de cesse de démontrer que ses intérêts personnels passent avant tout.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close