Réaction du Tahoeraa à la décision du conseil d’Etat

Après la décision rendue ce matin tendant à la suspension de la commission d’enquête de l’assemblée, le Tahoeraa huiraatira réagit en affirmant que le conseil d’Etat viole les compétences de la troisième institution.

 Le conseil d’Etat, comme on pouvait s’y attendre après les conclusions du rapporteur public, a finalement suspendu la délibération n°2015-69 APF du 1er octobre 2015 créant la commission d’enquête. Pour l’heure, il ne s’agit que d’une suspension et non d’une annulation. La procédure au fond n’est pas achevée car le tribunal administratif a été saisi pour excès de pouvoir et il doit encore se prononcer sur ce point.

Le conseil d’Etat considère que la commission représente « une atteinte à l’équilibre institutionnel », ce qu’il ne démontre pas clairement. Il parle même d’une « immixtion de l’assemblée de la Polynésie française dans le domaine réservé au gouvernement », ce qui n’est pas davantage démontré. Cette décision est d’autant plus surprenante qu’elle prend le contrepied du tribunal administratif de Papeete qui, par trois fois, a rejeté les requêtes du gouvernement et du groupe Tapura Huiraatira.

On ne comprend donc pas en quoi cette commission d’enquête empièterait sur le pouvoir exécutif. La commission rend un rapport et formule des préconisations qui sont débattues en séance à l’assemblée. Ce rapport est ensuite transmis au gouvernement de la Polynésie française qui n’est pas tenu par les préconisations qu’il contient. Le gouvernement reste libre d’en tenir compte ou non. Si le gouvernement a obligation de fournir à la commission d’enquête les informations demandées, l’immixtion ne serait en revanche démontrée que si le rapport final de la commission d’enquête revêtait un caractère contraignant et qu’il s’imposait au gouvernement. Or, ce n’est absolument pas le cas !

Chacun reste donc bien dans son rôle. En l’espèce, celui de l‘assemblée, souveraine et élue au suffrage universel, voit une fois de plus ses prérogatives de contrôle, pourtant inscrites dans la loi organique, être contestées par le juge administratif. Nous sommes en présence d’une violation flagrante des compétences souveraines de l’assemblée. Loin de la neutralité que nous sommes en droit d’attendre du conseil d’Etat, cette décision est au contraire éminemment politique.

Lorsque le président Edouard Fritch annonce que tout le monde va devoir participer à l’effort et qu’il faut prendre des mesures impopulaires, y compris pour les ressortissants du RST, c’est-à-dire les plus démunis, il est normal que les responsables élus s’en inquiètent et qu’ils veulent en savoir plus. C’est ce droit qui leur est refusé aujourd’hui.

La CST fortement augmentée en juillet 2013 devait suffire à rééquilibrer les comptes de la PSG. Le président a lui-même annoncé une « pause fiscale », et tout le monde a compris que cette pause fiscale vaudrait pour toute la durée de la mandature. Or, cela ne semble pas être le cas.

Ce sont ces raisons qui ont motivé la création de cette commission d’enquête. Une fois de plus, on constate l’écart entre le discours officiel qui parle de transparence, et la réalité de l’action du président qui est de maintenir les Polynésiens dans l’ignorance. Le réveil n’en sera que plus brutal.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close