Réflexion d’Emile Vernier: et si l’on rétablissait la peine de mort ?

Une nouvelle contribution du président du Sdiraf, Emile Vernier, à propos des évènements terroristes survenus en métropole il y a tout juste un an.

7 janvier 2015 – 7 janvier 2016. Déjà 1 an.

Il y a un an, on apprenait avec force détails que plusieurs dessinateurs et journalistes de Charly Hebdo avaient été assassinés, au nom d’Allah, finalement au nom de Dieu. Comment Dieu peut-il permettre à des humains d’être aussi mauvais. Après une chasse à l’homme, comme un chasseur peut chasser des animaux, la police abattait les meurtriers. Ouf, on pouvait respirer.

Et les hommes d’Allah, c’est à dire de Dieu, ont remis cela avec encore plus de haine et de violence, le 13 novembre 2015. Cette fois encore, les meurtriers ont été abattus par la police.

Et on apprend que de nombreuses tentatives ont été menées, tout au long de l’année. Et on a pu suivre, quasiment heure par heure, l’évolution de la situation du 7 au 11 janvier 2015.

Bravo aux Français d’avoir manifesté aussi nombreux le 11 janvier pour défendre la liberté d’expression.

Et on apprend aussi que les commanditaires courent toujours, que si les meurtriers ont bien été abattus, leurs mentors sont souvent eux en prison, avec des peines de sureté bien conséquentes, mais eux, sont vivants et peuvent continuer de radicaliser les prisonniers les plus faibles, pour qu’eux aussi, deviennent des fous d’Allah, donc des fous de Dieu.

Les mains sont abattus, les cerveaux sont en prison et continuent de répandre leur fiel autour d’eux. Pire, l’un d’eux, Mehdi Nemmouche est supposé être l’auteur de la tuerie du musée juif de Belgique le 24 mai 2014. Il s’agit d’un Français, né en France, d’origine arabe. Il a été déchu de sa nationalité. Il est en prison en France, car cella ci ne veut pas le ramener dans le pays d’origine, il risque de payer très cher sa folie.

Et j’en viens à me dire que finalement, Robert Badinter et François Mitterrand ont manqué de discernement en abrogeant la peine de mort de la constitution. On s’aperçoit avec le recul, que la peine de mort aurait pu être maintenue pour les crimes de sang, notamment pour les tueurs d’enfants et les terroristes.

Est-il normal qu’un auteur de tuerie puisse vivre alors que ses victimes, elles, sont bien mortes.

Avec le recul, les élus de la Nation devrait réfléchir à cela et changer la constitution pour remettre en vigueur la peine de mort, en définissant au plus juste bien sûr les motifs de cette condamnation suprême. Je pense que les criminels se moquent de la déchéance de nationalité. Ils se moqueront aussi de la peine de mort, encore que… Mais au moins, ils ne seront plus nuisibles à la société. Il me semble que la France, à vouloir trop laisser faire, est devenue un pays laxiste, malheureusement.

Bien entendu, je n’ai pas d’atomes crochus avec le front national. Mais je pose la question : Et si on remettait la peine de mort, pour certains crimes particulièrement abjects ?

Bonne réflexion.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close