Réflexologie ou viols en réunion, le procès de Georges Tron en trois questions

Un secrétaire d’Etat accusé de viols dans le sillage de l’affaire DSK, une démission et un procès aux assises six ans plus tard.

Georges Tron est jugé au côté de son ancienne adjointe à partir de ce mardi à Bobigny. L’ex-député et Brigitte Gruel, 60 ans, sont tous les deux accusés de viols et agressions sexuelles en réunion sur deux anciennes employées de la mairie de Draveil, dans l’Essonne, Virginie E. et Eva L.. Accusations qu’ils contestent formellement.

Massages de pieds sous les tables de restaurant, caresses à la poitrine, pénétrations digitales, menaces, complot politique, l’arrêt de mise en accusation dessine les obscures coulisses de cette mairie.

Que lui reprochent Virginie et Eva?

Sous couvert de réflexologie plantaire, la passion de Georges Tron, Eva et Virginie décrivent toutes les deux des viols commis entre 2007 et 2010. Le tout, disent-elles, avec la participation de l’adjointe à la Culture de l’époque, Brigitte Gruel, présentée par certains témoignages comme la maîtresse du député. « Sentiment d’irréalité », « prise au piège », les plaignantes disent avoir été incapables de s’opposer, tétanisées face à leur employeur.

Eva, 32 ans lorsqu’elle rencontre Georges Tron en 2006, travaille en CDD à la médiathèque de la ville. Une dizaine de rendez-vous s’enchaînent et dérivent en viols, selon ses déclarations. L’homme l’a fait attendre sur un fauteuil, verrouille la porte puis, en lui touchant le pied, commence à remonter sa main de plus en plus haut jusqu’à la cuisse, puis au sexe. Aux policiers, Eva explique que le député prétend chercher son « qi », son centre d’énergie. Placé le plus souvent entre ses seins. Caresses, pénétrations digitales… une « sorte de rituel » s’installe entre eux. Eva explique accepter ces pratiques « comme s’il s’agissait d’un futur alinéa à son contrat de travail ».  

Quelques mois plus tard, Brigitte Gruel participe, selon la plaignante, à ce « scénario classique et pervers du maire », qui se répète une dizaine de fois jusqu’en mai 2009.

Source: Yahoo Actualités

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close