Réforme de la PSG: Emile Vernier plus que jamais sur le front…

 

Emile Vernier s’impatiente de voir la réforme arrivée. C’est pourquoi le SDIRAF a décidé de lancer une mobilisation pour défendre la PSG et notre retraite le jeudi 24 novembre 2017. Il explique ses motivations.

On entend régulièrement le président Fritch annoncer que les choses vont mieux. Ce qui est vrai. Pour mémoire, le PIB, qui est un marqueur de la richesse de notre pays, a augmenté de 1,8%. Le nombre d’emplois a lui aussi augmenté de 2% en deux ans. A la CPS, la masse salariale est passée de 200 à 207 milliards  de Fcfp entre 2015 et 2016. On constate aussi que la confiance revient puisque lors du dernier salon automobile, les concessionnaires ont plus vendu de voitures que les années précédentes. Et cerise sur le gâteau, le président Fritch dispose d’une majorité conséquente à l’assemblée.

La Polynésie française se trouve donc dans une conjoncture assez favorable pour réformer la PSG. Pendant des années, les différents gouvernements ont laissé la situation de la PSG s’enfoncer dans les déficits, que ce soit en maladie comme en retraite. Pour le moment, mais pour combien de temps, la maladie a retrouvé un peu de couleur. Mais pour ce qui concerne la retraite, même si les choses se sont améliorées, les déficits continuent à se chiffrer par milliards. Si pour 2018, la CPS nous annonce pouvoir être en mesure de payer les pensions, pour la suite, rien n’est moins sûr.

Après avoir annoncé son inquiétude pour la PSG en octobre 2014, le président Fritch a pris l’initiative de provoquer une concertation, une de plus, pour débattre de l’avenir de la PSG et donc des retraites. Cette concertation s’est passée de février à août 2015. On nous a alors parlé d’une feuille de mission pour la CPS et pour ses administrateurs pour septembre 2015. Les réformes étaient imminentes. Et puis plus rien. Jusqu’à février 2017 où a eu lieu une nouvelle journée de concertation sous l’égide du nouveau ministre en charge de la PSG. Il y a eu une nouvelle journée de restitution au mois de mars 2017. Et puis plus rien. Le SDIRAF a beau tirer la sonnette d’alarme depuis 2010, rien ne se passe. On a beau alerter le gouvernement sur les difficultés très graves à venir, rien ne se passe. En plus, on peut affirmer que le pire pour la retraite est devant nous. Aujourd’hui, un polynésien sur sept a 60 ans ou plus, en 2025, ce sera un sur cinq. Les problèmes seront donc aggravés et les solutions de plus en plus difficiles à prendre.

Le jeudi 5 octobre 2017, le ministre Raynal s’est exprimé devant les élus de l’assemblée. A cette occasion, nous avons appris que tout était prêt, qu’il réservait sa communication au conseil des ministres avant de transmettre les projets de lois de pays au CESC pour avis et ensuite à l’assemblée pour adoption. Mercredi 11 octobre, réunion du conseil des ministres, aucune communication sur la PSG. Mercredi 18 octobre, nouveau conseil des ministres, toujours aucune communication concernant la PSG. Cette semaine, il y aura un nouveau conseil des ministres mercredi, puis le discours d’orientation budgétaire à l’assemblée. Est-ce qu’enfin, nos dirigeants vont oser prendre leur courage à deux mains et faire connaître leurs décisions pour le sauvetage de la retraite et de la PSG à l’ensemble de la population.

Devant cette absence de réaction politique, le SDIRAF a décidé ce jour de lancer une mobilisation pour défendre notre PSG et notre retraite. Celle ci aura lieu le jeudi 24 novembre 2017. Nous allons lancer dès demain les informations obligatoires des dirigeants. Je donne rendez-vous à tous ceux et celles qui aiment leur pays à se tenir prêts pour cette première journée. L’heure et le lieu seront précisés rapidement.

Allez les politiques, il serait temps de vous réveiller et de prendre vos responsabilités.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close