Réforme des retraites: c’est maintenant ou jamais!

Conférence de presse donnée ce matin par la présidente de la commission législative « Santé » de l’assemblée de la Polynésie française, Virginie Bruant, sur les enjeux de la future réforme des retraites.

En 2017, la caisse des retraites a accusé un déficit de 3,2 milliards de Fcfp; en quarante ans, l’espérance de vie moyenne en Polynésie française (H et F) est passée de 59 à 76 ans. Enfin, voilà plus de dix ans que les partenaires sociaux planchent -en vain- sur des mesures de réforme: trois bonnes raisons d’avancer et d’agir pour les générations futures.

C’est en tous cas le choix du gouvernement Fritch qui, fort de sa légitimité populaire enregistrée lors des dernières élections territoriales, s’apprête à soumettre un projet de loi du pays à l’examen des représentants à l’assemblée de la Polynésie française. Ce sera fait le vendredi 21 septembre, au lendemain de l’ouverture solennelle de la session budgétaire. Rappelons qu’en commission législative, le texte a été approuvé par 7 voix « pour » et 1 abstention.

Comme l’a indiqué ce matin la présidente de la commission « Santé » à l’APF, la majorité n’a pas lésiné sur les rencontres et discussions avec les partenaires sociaux, tous consultés dans une ambiance constructive. Mais à moment donné, il faut trancher et prendre ses responsabilités, a t-elle prévenu, parfaitement consciente que toutes les doléances ne pourront être satisfaites.

Si les organisations les plus récalcitrantes veulent coûte que coûte maintenir l’âge de départ légal à 60 ans, en contrepartie, elles ne proposent rien de viable et encore moins de réaliste, sinon à dire: « Il faut remplir la caisse! » Autrement dit, relever les taux de cotisations salariales et patronales, au risque de renchérir le coût du travail en Polynésie, ce qui constitue un frein supplémentaire à l’embauche. Mais point de calcul pour savoir si le système sera viable. De l’amateurisme en quelque sorte!

Ce n’est pas la piste privilégiée par le gouvernement qui, malgré tout, a revu sa copie en lissant les deux années supplémentaires de travail (de 60 à 62 ans) sur quatre ans, de juillet 2019 à 2023. Par ailleurs, sur plusieurs points, le Pays va également devoir mettre la main à la poche comme, par exemple, pour l’assurance complémentaire de retraite (ACR de moins de 15 ans) ou encore pour le basculement des contrats CAE au RSPF et non plus à la charge des salariés (RGS) comme c’est le cas aujourd’hui.

De son côté, le ministre de la Santé, Jacques Raynal, rappelle que beaucoup a déjà été fait pour contenir les dépenses maladie à un niveau raisonnable. Pas moins de onze textes ont été adoptés depuis 2014 dont celui relatif au « médecin traitant » applicable à compter d’octobre 2018. Réduire le prix des médicaments ? Le gouvernement dit, pourquoi pas! Mais les économies engendrées se situent autour de 200 à 300 millions de Fcfp et non 1,2 milliard de Fcfp comme certains le clament. Quant à imaginer une baisse du remboursement des soins (70% actuellement), qui est serait pour ?

Bref, on le voit bien: garantir le paiement des pensions de retraite sur la durée repose sur toute une batterie de paramètres sur lesquels il faut jouer avec prudence et modération. Une fois la réforme adoptée, il appartiendra alors au Comité d’orientation et de suivi des retraites (COSR) de faire ses préconisations moyennant un avis (public) minimum par an. En tout état de cause, les discussions sur le sujet plus vaste de la Protection sociale généralisée (PSG) ne font que commencer.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close