Résolution pour Moruroa: la sénatrice Iriti interroge le gouvernement central

Voici la question d’actualité adressée à la ministre des outre-mer par la sénatrice de la Polynésie française, Teura Iriti actuellement à Paris, concernant la résolution sur la question nucléaire et les atolls de Moruroa et Fangataufa.

Pour aider le gouvernement polynésien à opérer notre redressement économique, l’assemblée de Polynésie française va examiner une résolution, visant à obtenir réparation du plus grave préjudice écologique faite à une collectivité de la République, après les tirs de 193 essais nucléaires, entre 1966 et 1996 sur les atolls de Moururoa et Fangataufa.

La question est d’actualité, madame la ministre à la veille de la conférence environnementale, présentée comme une étape décisive pour obtenir, fin 2015, la signature de l’accord historique contre les dérèglements climatiques, dont les négociations durent depuis 20 ans.

Sur la même période, après la prise de conscience de la gravité des effets des expérimentations nucléaires, les défenseurs de l’environnement et des victimes civiles, ainsi que des élus de diverses sensibilités, ne cessent de réclamer que soit reconnu et compensé cet état de fait.

La résolution examinée ce soir à Papeete refuse que la rente nucléaire qui compense la dérégulation économique causée par l’implantation puis par le départ du centre d’expérimentation nucléaire, soit versée « pour solde de tout compte ».

Les compensations financières demandées se fondent sur deux principes:

– celui du « préjudice écologique » voté tout à son honneur et à l’unanimité, par le Sénat, en avril 2013;

– celui du « pollueur payeur » défendu résolument par la ministre de l’écologie.

Enfin, si la presse se fait l’écho d’approches différentes entre le gouvernement et l’assemblée pour obtenir des crédits, je témoigne ici, qu’à Papeete comme à Paris, tous les efforts convergent au plan politique, pour opérer le redressement économique.

Aussi, alors que la France se veut, à juste titre, exemplaire pour défendre l’environnement de notre planète, quelles garanties le gouvernement peut-il donner aux Polynésiens, pour que soit enfin reconnue et indemnisée, le pire préjudice écologique infligé à un environnement, depuis la naissance de l’humanité ?

 

 

 

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close