Résolution sur le Nucléaire: réaction de Tony Géros et d’Edouard Fritch

La résolution introduite par le président de l’assemblée de la Polynésie française, Marcel Tuihani, relative aux atolls de Moruroa et Fangataufa, est loin de faire l’unanimité dans la classe politique du fenua.

 

Le texte a été examiné vendredi matin par la commission législative de l’environnement et du tourisme. Il a été longuement débattu par les membres de l’opposition  présents mais rien n’a filtré au sortir de ce premier round, les élus préférant se « réserver » pour la séance plénière programmée -normalement – jeudi 27 novembre à Tarahoi. Sinon qu’ils ont été surpris de voir en face d’eux, comme interlocuteur privilégié, l’ancien chef du gouvernement, Gaston Flosse, devenu conseiller auprès du président de la troisième institution du Pays.

Cette résolution a pour objet de réclamer à l’Etat près d’une centaine de milliards de francs Pacifique pour le préjudice, notamment environnemental, causé trente années durant par les expérimentations nucléaires françaises sur ces deux atolls. Sur quel fondement a été calculé ce montant « astronomique », nul ne le sait vraiment!…

Toujours est-il que les deux chaînes de télévision, TNTV et Polynésie 1ère, ont repris l’information dimanche soir en plateau: la première en invitant Tony Géros de l’UPLD, la seconde en accueillant le président Edouard Fritch.

Pour le leader du camp indépendantiste, une telle démarche conduite par l’actuelle majorité autonomiste au pouvoir est « inadmissible et irresponsable ». A ses yeux, en effet, le parti Tahoeraa huiraatira est plutôt mal placée aujourd’hui, pour demander réparations à l’Etat. Surtout, « on prend ce dossier par le mauvais bout… » a t-il indiqué, reprochant à ses auteurs d’ouvrir le débat « en catimini » alors qu’au contraire le sujet mérite d’agrandir le tour de table à d’autres intervenants comme Moruroa e tatou par exemple. Quant à connaître la position officielle qui sera adoptée au moment du vote, Tony Géros reste plutôt évasif. Et d’expliquer avec plus ou moins de convictions que le groupe n’avait pas encore eu le temps d’en parler compte tenu de la « précipitation » avec laquelle la séance de la commission ad-hoc avait été convoquée.

Interrogé à son tour, mais sur la 1ère en plateau, le président Edouard Fritch a commencé par ironiser en déclarant: « J’aimerais avoir ces montants (90 milliards de Fcfp) dans le budget de la Polynésie. Ca réglerait bien des problèmes… »

Plus sérieusement, le chef du gouvernement se demande si « le président de l’assemblée a bien mesuré l’impact d’une telle résolution au moment où nous discutons avec l’Etat, de manière amicale, sur son retour au guichet de financement au RSPF… »

Edouard Fritch a pris connaissance de cette initiative alors qu’il se trouvait en voyage officiel en Australie avec le président de la République, François Hollande. Aussi, il n’a pas encore eu l’occasion de s’entretenir avec les membres de la majorité  sur le sujet. Ce sera chose faite lundi (demain) à la Présidence, en espérant que ceux-ci fassent preuve de la plus grande responsabilité avant le passage au vote.

De là à parler d’un nouveau « couac » au sein même de la majorité ? Edouard Fritch prend de la hauteur en affirmant qu’en politique ce terme n’était pas adapté. Il n’en reste pas moins que les relations avec son ancien « père spirituel », Gaston Flosse, sont toujours aussi tendues. Au point de se demander si le tandem Gouvernement Fritch/Assemblée tiendra jusqu’aux prochaines élections territoriales (2018)…

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close