Rien de nouveau à l’Huilerie de Tahiti

Le bras de fer continue entre, d’une part, la direction de l’Huilerie de Tahiti, et d’autre part, les représentants des salariés en grève emmenés par la CSTP-FO.

 

Au 23 ème jour du conflit social qui affecte l’approvisionnement et le traitement du coprah en provenance des archipels éloignés, aucune avancée n’est observée dans les discussions en cours.

De nouvelles propositions ont bien été faites aujourd’hui par le patron de l’usine, Gérard Raoult. Sans effet apparemment.

Une nouvelle réunion est programmée pour ce jeudi avant le long pont du 1er mai qui, cette année, risque d’avoir une consonance particulière.

C’est certainement la dernière chance pour sortir de l’impasse alors que les éleveurs de bovins et de porcs commencent à ressentir la diminution des réserves de tourteaux (farine de noix de coco), utilisés comme complément alimentaire pour les bêtes

Faute de cette matière première bon marché -autour de 15 à 16 francs CFP le kilo – ils devront se retourner vers des produits importés.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close