Rudolph Jordan: « Je ne suis pas un traître, j’ai simplement une dignité ! »

En réponse au président du Tahoeraa huiraatira qui l’avait qualifié de « traître », le nouveau représentant du Tapura Huiraatira, Rudolph Jordan (élu de Bora Bora), se justifie.

Les militants du Tahoeraa Huiraatira et du Tapura Huiraatira doivent désormais  connaître la réalité des faits qui m’ont conduit à quitter le Tahoeraa Huiraatira le 22 août dernier.

En effet, peu avant, alors que j’assistais aux travaux de la Commission de contrôle budgétaire et financier (CCBF) à l’Assemblée de la Polynésie française, une représentante du Tahoeraa dont je remercie la sincérité, m’a informé que Jean Temauri était à Bora Bora. Il n’y était pas en vacances mais envoyé, semble-t-il, par le président du Tahoeraa Huiraatira en mission politique, sachant que je suis le président de la fédération Tahoeraa de Bora Bora. Jean Temauri est un ami et jusqu’ici, j’avais confiance en lui. J’ai donc immédiatement cherché à le joindre par téléphone à plusieurs reprises mais en vain.

Intrigué par son silence et par l’incongruité de cette mission menée à mon insu, je me suis alors rapproché d’une autre représentante Tahoeraa pour savoir si elle en savait plus sur les objectifs et les motivations réels de ce déplacement. C’est ainsi que nous sommes allés immédiatement rencontrer le président du Tahoeraa Huiraatira dans son bureau à l’assemblée.

Il n’a pas nié le fait d’avoir envoyé Jean Temauri à Bora Bora pour contrôler mes actions et reprendre la main sur la fédération Tahoeraa que je préside. J’ai donc manifesté violemment ma désapprobation face à ces méthodes de défiance politique à mon égard. Pire, j’apprends alors par la bouche du président du Tahoeraa Huiraatira, qu’il a l’intention de pousser madame Teha à la tête de la fédération Tahoeraa de Bora Bora.

Pour quelle raison vouloir me remplacer ? Jusqu’à preuve du contraire, j’étais bel et bien élu et représentant du Tahoeraa à ce moment-là ? C’est donc la goutte d’eau qui a fait déborder un vase déjà bien rempli !

Je désapprouve en effet fortement ces méthodes qui consistent à nous presser comme des citrons pour nous jeter ensuite comme des kleenex ! Sans vouloir y croire, j’avais déjà entendu ce genre d’histoires de la bouche d’anciens élus du Tahoeraa qui n’avaient pas supporté, à la longue, ce type de mépris et de comportement.

Aujourd’hui, je me rends compte que le président du Tahoeraa poursuit dans ses mêmes travers. Ce sera le tour de qui ensuite ? Quand fera-t-il la même chose à Moorea, Maupiti, ou à Tubuai ?

Dans un communiqué, le Tahoeraa Huiraatira m’a qualifié de traître. Je ne suis pas un traître. J’ai simplement une dignité.

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close