Rugby: ça ne s’arrange pas pour les Bleus…

Après avoir mené au score pendant plus de 60 minutes, le XV de France a craqué dans le “money time” et laissé l’Ecosse aller chercher une victoire bien méritée (32-26).

Ça ne s’arrange pas pour les Bleus, qui enchaînent un 8e match officiel consécutif sans succès.

Pour un peu, on se croirait revenus deux ans en arrière, au début de la courte ère Guy Novès, lorsque les Bleus enchaînaient les “défaites encourageantes”. Une semaine après sa défaite dans les tout derniers instants face à l’Irlande au Stade de France (13-15), le XV de France s’est de nouveau incliné face à l’Ecosse à Murrayfield (32-26), sans avoir démérité, mais en montrant trop de lacunes pour réellement espérer mieux.

Une première période bien maîtrisée

Si le match contre le XV du Trèfle avait laissé entrevoir d’intéressants progrès en défense, on retiendra plutôt de celui face au XV du Chardon une première période très maîtrisée en attaque.

Nettement moins virevoltant que leurs adversaires du jour, les Bleus ont tout de même réussi à inscrire autant d’essais que les Ecossais au cours des 40 premières minutes, grâce à deux exploits personnels de Teddy Thomas, auteur d’un doublé, mais aussi grâce à de bonnes doses d’opportunisme et d’intelligence collective.

Face à des Ecossais vaillants, fougueux, mais parfois brouillons, la France donnait bel et bien l’impression de maîtriser son sujet, menant au score de bout en bout et gérant idéalement ses temps forts. La différence se faisait d’ailleurs sur deux pénalités passées par Machenaud, impeccable au pied et plutôt à l’aise derrière sa mêlée, tandis que les Ecossais gâchaient des munitions. A la pause, les Bleus menaient logiquement de six points (14-20).

L’indiscipline à l’origine de la défaite

La sortie à la mi-temps du joueur du Racing 92, blessé à l’épaule et remplacé par Baptiste Serin, allait cependant annoncer le début de la fin pour les Bleus, de plus en plus en difficulté au fil de la deuxième période. Dans un premier temps pourtant, Serin maintenait l’écart en passant deux pénalités pour répondre à celles de Laidlaw, mais cela ne décourageait pas du tout les Ecossais, patients et ultra-déterminés.

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close