Saison cyclonique: mobilisation générale !

Un exercice cyclone a été organisé mardi 20 octobre 2015, dans la salle du PC crise située dans les locaux du Haut-commissariat, apprend t-on dans un communiqué.
L’occasion de tester la mise en œuvre du poste de commandement  du Haut-Commissariat  de manière élargie en réunissant les services de l’État, du Pays, des communes et différents opérateurs intervenant dans la gestion des crises.HC 4

Cet exercice doit permettre à chaque acteur de s’entraîner et de s’approprier son rôle en cas de crise, de tester les circuits de diffusion des informations indispensables à la prise de décisions par le directeur des opérations de secours et ainsi de les améliorer, souligne le haut-commissariat.

HC 2

On désigne couramment sous le vocable générique de « CYCLONES » les perturbations atmosphériques tourbillonnaires tropicales qui affectent le Pacifique Sud durant l’été austral, à partir d’une certaine intensité. La direction interrégionale de Météo-France utilise la terminologie précisée dans le cadre de l’Organisation Météorologique Mondiale, pour le Pacifique Sud, fondée sur l’intensité des vents moyens les plus forts existant au voisinage du centre de la perturbation (référence : OMM-TD N°292 , édition 2008).

On introduit aussi la qualification de « cyclone tropical intense » lorsque les vents moyens maximaux dépassent les 166 km/h. NB : attention en anglais « tropical cyclone » s’emploie comme terme générique à partir du stade de « dépression tropicale modérée ».

La surveillance, le suivi et les prévisions des perturbations cycloniques sont effectués en permanence par les services de Météo-France. Malgré les progrès significatifs réalisés, ces prévisions restent assorties d’une incertitude inhérente à la complexité des phénomènes en cause.HC 3

Compte tenu de la violence extrême des cyclones et des conséquences dramatiques qu’ils peuvent entraîner lors de leur passage, la part d’incertitude des prévisions, plus importante lorsque l’échéance est lointaine, doit absolument être prise en compte dans le système d’alerte et lors du déclenchement des différentes phases. En effet, il est essentiel qu’un préavis suffisant puisse être laissé aux populations, aux autorités et aux acteurs économiques pour prendre les précautions et dispositions indispensables avant l’arrivée éventuelle du phénomène.

Pour fixer les idées, on considère qu’il y a menace cyclonique dans une zone à partir du moment où il y a un risque significatif que les vents moyens dépassent les 100 km/h (« conditions cyclonique »).

Rappelons enfin que le Haut-commissaire est la seule autorité qualifiée pour apprécier si les circonstances justifient le déclenchement de l’ALERTE CYCLONIQUE. Il décide du changement d’état d’alerte et de la zone géographique à laquelle s’applique ce statut.

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Saison cyclonique: mobilisation générale !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close