Sécurité routière: la répression a payé!

Par rapport à 2013, le nombre d’accidents, de tués et de blessés sur les routes polynésiennes, a été sensiblement réduit à la grande satisfaction des responsables de l’Etat et du Pays.

 

Un bilan 2014 plutôt encourageant que le haut-commissaire de la République, Lionel Beffre, a pu encore mesurer dans le cadre de sa tournée du 31 décembre.

En effet, alors que les fonctionnaires de la DSP procédaient aux derniers contrôles routiers de l’année au niveau du stade Bambridge à Tipaerui-Papeete, peu d’automobilistes ont été sanctionnés pour conduite en état d’ébriété. Sur les 200 contrôles d’alcoolémie auxquels la Police nationale a procédé tout au long de la soirée, seules dix infractions ont été relevées.

« Nous atteignons des chiffres assez bas. La difficulté maintenant sera de faire mieux en 2015, puis en 2016 » a reconnu le représentant de l’Etat. Il faut dire que les effectifs de maintien de l’ordre, Police et Gendarmerie, ont été beaucoup sollicités ces derniers mois pour faire reculer l’inconscience au volant et d’une manière générale, toutes formes d’atteintes à la tranquillité des citoyens. Mais la répression a ses limites…d’autant qu’elle contraint les noctambules à rester chez eux en famille plutôt que de sortir faire la fête à Papeete.

Outre la délinquance routière, la DSP considère que cette nuit du 31 a été relativement calme. Selon nos informations, seules six personnes ont été placées en garde à vue pour des violences diverses sur la voie publique, alors que tôt jeudi matin une collision est survenue sur l’avenue du Prince Hinoï.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close