Semaine du Monoï: tout l’intérêt de rassembler un large public

Le directeur de l’Institut du Monoï – GIMT, Eric Vaxelaire, dresse le rapide bilan de la Semaine dédiée à la célèbre huile polynésienne.

Quel bilan tirez-vous de cette nouvelle édition du salon « Monoï Here » ? Le public a t-il répondu présent ?

Superbe bilan, les dieux ont  été avec cette 6 ème édition de Monoï Here la semaine du Monoï. Très forte affluence avec plus de 10 000 visiteurs. Un vif intérêt de toutes les générations grâces à de nouveaux exposants, animations et beau temps qui ont permis de mettre en valeur le monoi.

Outre l’aspect informel et promotionnel de la manifestation, les exposants sont-ils satisfaits de leurs ventes ?

Si les exposants sont là pour expliquer, partager, les visiteurs peuvent acheter leurs produits, tester les massages…. Le plus important est que le public puisse découvrir, prendre contact avec ces artisans, sociétés de cosmétiques, Spa afin qu’ils puissent entre deux éditions mieux connaître ce produit, la culture Polynésienne et faire leur choix, acheter et consommer du made in Tahiti. Oui les exposants étaient très satisfaits de leur rencontres et ventes qui ont dépassé leurs espérances et les années précédentes.

Quels sont les points positifs et négatifs de ces trois jours ? Quels enseignements tirer pour la prochain rendez-vous dans deux ans ?

L’événement est sur quatre jours, ce qui permet de rassembler un large public. Écoles, familles, personnes travaillant le samedi se succèdent et nous avons également noté un nombre grandissant de professionnels et médias venus  de l’étranger (France, Russie, US, Chili, Australie). L’ambiance qui était parfaitement à l’image du thème de cette édition: POSITIVE EMOTIONS. Les stands plus pratiques et esthétiques permettant un bel accueil des exposants et du public ainsi qu’une communication unanimement remarquée. Les deux conférences organisées sur le paepae et non plus au petit théâtre ont permis de démocratiser cet exercice et de faire profiter visiteurs et exposants des thèmes abordés. Les points d’améliorations plus les points négatifs sont nombreux, surtout à chaud ce qui nous permet déjà de se projeter pour la prochaine édition en 2016. Le premier reste la relative faible adhésion de nos élus, représentants en dehors de la cérémonie d’ouverture. C’est dommage pour les artisans, la filière quand on vante la culture polynésienne, ou lorsque l’on demande à la population de partager sa culture. Le second point est toujours le manque de place dès qu’il y a plusieurs événements entre la Maison de la Culture et la Place Toata.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close