Sénatoriales annulées: Teura Iriti et Vincent Dubois « déçus » mais « confiants » dans l’avenir

« Déçus » mais « confiants », telle la réaction première des deux sénateurs polynésiens, Teura Iriti et Vincent Dubous, dont l’élection a été cassée vendredi dernier par le Conseil constitutionnel. Une décision qu’il commente pour la première et la dernière fois, préférant se projeter vers l’avenir.

 

Ils s’attendaient certes à une décision du Conseil constitutionnel mais pas aussi rapidement et surtout, pas celle qui vient de conclure à l’annulation du scrutin. « Ils », ce sont Teura Iriti et Vincent Dubois, les deux sénateurs polynésiens issus des rangs du Tahoeraa Huiraatira qui, quatre mois seulement après leur brillante élection avec respectivement 411 et 407 suffrages – c’était le 28 septembre dernier – voient aujourd’hui tous leurs efforts anéantis.

Avocat de formation, Vincent Dubois dit « bien connaître la jurisprudence du Conseil constitutionnel ». Dans la décision rendue, le 6 février, rien ne concerne expressément les deux candidats orange, le jour du scrutin. En revanche, « le seul visé », à l’en croire, « c’est Gaston Flosse »! De là à y voir un mauvais coup porté au « vieux lion », on s’interroge dans la majorité…

Dans ses motivations, le Conseil constitutionnel reproche en effet à un certain nombre de personnes, proches du Tahoeraa, de s’être donnés rendez-vous sur un parking public pour se rendre à pied en délégation au lycée Paul Gauguin où avaient lieu les opérations de vote. Réaction immédiate de Vincent Dubois: « Je n’ai pas senti ce jour-là que des gens étaient sous pression ». A l’inverse, fait-il encore remarquer, nous sommes le seul territoire de la République à voter avec des bulletins de couleur!

Maintenant que l’annulation a été prononcée, sans possibilité de faire appel, nos deux sénateurs souhaitent avancer plutôt que de s’appesantir sur le passé. Preuve qu’ils ont bien retenu la leçon, ils avaient revêtu une chemise blanche pour l’une, rose pour l’autre, afin de ne pas être accusés d’influencer les journalistes dans leurs écrits.

Forts d’un premier bilan qu’ils jugent plutôt satisfaisants, Teura Iriti et Vincent Dubois ont bien l’intention de se porter à nouveau candidats; un point qui devrait être ajouté, mardi soir, à l’ordre du jour du Grand Conseil réuni à Erima. Quant à savoir s’ils seront les seuls…rien n’est moins sûr!

« Nous avons été très présents à Paris », indique Vincent Dubois, soit environ deux semaines par mois, pour y défendre un certain nombre de dossiers comme le CGCT (Code général des collectivités territoriales), la loi Morin, le chantier de la défiscalisation chère à Air Tahiti et ATN ou encore la CSPE (Contribution au service public de l’électricité), sujet sur lequel le sénateur venait de déposer un amendement, aussitôt rendu inopérant par la décision du Conseil.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close