Sénatoriales: T. Rohfritsch souhaite « rassembler la famille autonomiste non flossiste »

Le président du parti autonomiste A Ti’a Porinetia, Teva Rohfritsch, était l’invité du journal de Polynésie 1ère, dimanche soir, pour commenter l’actualité locale.

Face à la journaliste Natacha Szilagi, l’élu n’a pas mâché ses mots s’agissant de la crise interne qui secoue depuis plusieurs mois le Tahoeraa huiraatira, mouvement dont il s’est lui-même retiré en 2009 pour divergences de vue avec le leader charismatique, Gaston Flosse.

Selon lui, « on atteint des sommets du ridicule ». C’est ce qu’il aurait dit au président de la commission des lois de l’assemblée nationale, Jean-Jacques Urvoas, actuellement en mission dans nos îles. Et d’affirmer que si « le président Fritch applique bien le programme du Tahoeraa huiraatira », cela n’empêche pas Gaston Flosse de « bloquer le bon fonctionnement de l’APF ».

Plus que jamais, Teva Rohfritsch veut croire qu’une page doit se tourner, avant d’inviter une fois de plus le président du parti orange « à prendre sa retraite ».

Dans la lutte de pouvoir qui se trame entre Tarahoi et la Présidence, lui en tous cas, a fait son choix: il continuera de soutenir le camp Fritch.

Au delà, dans la perspective des Sénatoriales partielles, le 3 mai prochain selon toute vraisemblance, il lance même l’idée de « rassembler la famille autonomiste non flossiste » car à ses yeux, les deux sénateurs (ndlr: Teura Iriti et Vincent Dubois) « qui ont enfreint la loi » – d’où l’annulation récente du scrutin par le conseil constitutionnel – ne seraient pas dignes de regagner la confiance des grands électeurs.

Mais sur ce point, rien n’est encore arrêté. On a bien entendu parler d’un tandem Nuihau Laurey – Lana Tetuanui… Sans certitude. Raison de plus, du côté d’ATP, pour temporiser!

Interrogé ensuite sur un possible toilettage du statut d’autonomie interne, Teva Rohfritsch n’y est pas franchement hostile. En revanche, il a vivement critiqué l’initiative du président de l’assemblée, Marcel Tuihani, qui a déjà adressé sa proposition de résolution à Jean-Jacques Urvoas, avant même que le texte ait été soumis à l’examen des représentants en commission législative. « A quel titre ? » s’est-il interrogé.

Enfin, sur le Contrat de projets 2015-2020 qui doit être débattu mardi 3 mars en séance extraordinaire, le groupe ATP dit attendre des réponses du gouvernement sur un certain nombre de points avant de se positionner officiellement, quand bien même un soutien a été publiquement affiché en commission.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close