Seuls 13% des océans sont encore considérés comme sauvages – Tahitinews

Seuls 13% des océans sont encore considérés comme sauvages

Les océans sont de plus en plus menacés par l’activité humaine.

Selon une récente étude scientifique, seuls 13% des océans de la planète sont encore considérés comme sauvages, et ces zones préservées pourraient disparaître entièrement d’ici à cinquante ans, du fait de l’augmentation du fret maritime, de la pollution et de la surpêche.

Les scientifiques, emmenés par Kendall Jones de l’université du Queensland (Australie), ont réalisé une cartographie des zones sous-marines considérées comme intactes, et des écosystèmes « pour l’essentiel libres de perturbations humaines ».

D’après leur étude, publiée par le journal Current Biology, ces zones sauvages se trouvent en grande partie dans l’Antarctique et l’Arctique, ainsi que près d’îles reculées du Pacifique. Les zones côtières proches d’activités humaines sont celles où la vie marine est la moins florissante.

Les zones marines qui peuvent être considérées comme intactes sont de plus en plus rares, à mesure que les flottes marchandes et de pêche étendent leur champ d’action à la quasi totalité des océans du monde, et que les ruissellements de sédiments ensevelissent de nombreuses zones côtières.

Des zones bientôt menacées

Selon le chercheur, « l’amélioration des technologies du transport maritime signifie que les zones les plus reculées et sauvages pourraient être menacées à l’avenir ». Même les zones « jadis recouvertes par la glace » ne sont plus protégées, « à cause du changement climatique ».

Au total, seuls 5% des zones marines restées sauvages se trouvent dans des régions protégées. Les autres zones encore préservées sont donc d’autant plus vulnérables.

Les auteurs de l’étude appellent au renforcement de la coopération internationale visant à protéger les océans, pour mieux lutter contre la surpêche, limiter les extractions minières sous-marines et réduire les ruissellements polluants « Nous savons que ces zones diminuent de façon catastrophique. Leur protection doit devenir l’objectif d’accords environnementaux multilatéraux. Faute de quoi, elles disparaîtront vraisemblablement d’ici cinquante ans », a alerté James Watson, de la Wildlife Conservation Society australienne.

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close