Signature de la convention d’objectifs 2017-2027 pour l’éducation

La ministre de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, Najat Vallaud-Belkacem, et le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, ont signé samedi soir la convention décennale relative à l’éducation entre la Polynésie française et l’Etat.

Par cette signature, la Polynésie française et l’État (ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche (MENESR) déterminent leurs modalités de collaboration au fonctionnement du système éducatif de la Polynésie française et à son développement.

L’État et la Polynésie française se fixent ainsi pour objectif commun de donner au service public de l’éducation des perspectives et des moyens permettant de progresser sur le plan de la formation des élèves. La coopération recherchée s’attachera ainsi à promouvoir la coordination de l’action de chaque Partie dans le respect de ses compétences.

En effet, en application des dispositions de la loi organique du 27 février 2004, la Polynésie française est responsable de l’organisation et du fonctionnement de l’enseignement scolaire (1er et 2nd degrés) et de l’enseignement supérieur implanté dans les lycées sur l’ensemble de son territoire. A ce titre, la Polynésie française qui a inscrit ses orientations et objectifs dans la Charte de l’éducation adoptée le 29 août 2011, actualisée en juillet 2016 se donne comme ambition de mettre en place une « école pour tous, une école performante, une école ouverte ».dsc01954

La politique éducative de la Polynésie française s’attache à la réussite de tous et s’engage à trouver les voies les plus adaptées aux particularités de la Polynésie française pour lutter contre des iniquités à la fois sociales et géographiques, et par voie de conséquence contre l’illettrisme et le décrochage scolaire.

La Charte de l’éducation se décline de façon opérationnelle dans une démarche de performance, c’est-à-dire en objectifs prioritaires, précisés par des actions qui définissent leur mise en oeuvre. Ces objectifs sont assortis d’indicateurs qui en mesurent la performance au regard de valeurs cibles fixées. Ils sont mobilisés pour l’évaluation du système éducatif de la Polynésie française.

La convention de moyens d’avril 2007 laisse donc place à une convention d’objectifs partagés entre l’Etat et la Polynésie française pour dix ans.

A l’occasion de son déplacement, la ministre de l’Education nationale a engagé l’Etat à hauteur de 656 millions Fcfp pour le financement de trois internats de la réussite (Lycée professionnel de Faa’a, collège d’Atuona et lycée professionnel de Mahina).

Elle a confirmé la participation de l’Etat aux transports scolaires par le déblocage d’une enveloppe financière supplémentaire de 65 millions Fcfp, soit 10% d’augmentation. Elle a également confirmé le soutien de l’Etat sur le numérique éducatif par un co-financement à 50% des projets qui lui seront soumis par la Polynésie française pour l’année 2017.

D’autres mesures portent sur les concours financiers qui seront étudiés à l’occasion du dialogue de gestion qui se déroulera en novembre prochain et auquel participera la ministre de l’Education de la Polynésie française.

Communiqué Etat-Pays.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close