Six ministres et le député Tuaiva jugés démissionnaires d’office

Le Tahoera’a Huiraatira poursuit son travail de « clarification » en tirant les conséquences des récents évènements politiques qui ont conduit à la scission du parti.

 

Après avoir exclu les candidats dissidents aux sénatoriales ; après avoir constaté la démission d’office des représentants à l’assemblée qui ont quitté le groupe Tahoera’a Huiraatira pour fonder un nouveau groupe, le Tapura Huiraatira ; le conseil politique a acté la démission d’office.

Réuni à Erima le vendredi 22 mai dernier, le conseil politique s’est penché sur la situation des membres de droits absents. L’article 38 modifié des statuts du Tahoera’a Huiraatira considère comme démissionnaires d’office les membres de droits absents sans excuses valables à trois réunions sur une période de douze mois. Depuis l’entrée en application de cette mesure, plusieurs membres de droit du conseil politique ne se sont plus présentés, décidant en toute connaissance de cause de s’exclure eux-mêmes du parti. Le conseil politique a donc constaté ces absences répétées et non excusées, tout en soulignant qu’il ne s’agissait pas d’une décision d’exclusion mais bien de l’application automatique des statuts du Tahoera’a Huiraatira.

Les membres de droits appartenant au gouvernement et un parlementaire sont concernés par cette mesure. Les personnes ci-dessous mentionnées ne font donc plus partie du Tahoera’a Huiraatira :

Jean Paul TUAIVA, député

Jean Christophe BOUISSOU, ministre de la relance économique

René TEMAHARO, ministre de la jeunesse et des sports

Tearii ALPHA, ministre du logement

Nicole SANQUER, ministre de l’éducation

Frédéric RIVETA, ministre du développement des activités du secteur primaire

Patrick HOWELL, ministre de la santé

De même, le conseil politique a tiré les conséquences de la création du nouveau groupe et de l’attitude désormais hostile de celui-ci à l’égard du Tahoera’a Huiraatira dans le cadre de l’alliance décidée par le président Edouard Fritch avec les partis d’opposition dans le but de reléguer le Tahoera’a Huiraatira dans l’opposition en le privant de moyens. Le conseil politique a décidé qu’il ne soutiendra plus ce gouvernement, mais que les représentants du groupe Tahoera’a Huiraatira voteront des textes soumis à l’assemblée en tenant compte du programme sur lequel ils ont été élus le 5 mai 2013.

Dans son intervention devant le conseil politique, le président Gaston Flosse a indiqué : « Il faut lever toutes les ambiguïtés qui peuvent encore jouer contre nous. Une nouvelle étape a été franchie ce soir dans ce travail de clarification. D’autres nous attendent. C’est en restant unis et débarrassés des traitres que nous traverserons cette épreuve imprévue, et que nous reviendrons plus fort avec la confiance renouvelée des Polynésiens. Je reste persuadé que rien de bon, rien de constructif, rien de stable ne peut sortir des marchandages actuels nés de la trahison et des compromissions. Edouard Fritch s’est fourvoyé, et la population, le moment venu, le jugera sévèrement. ».

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Six ministres et le député Tuaiva jugés démissionnaires d’office

  • 28 mai 2015 à 4 h 31 min
    Permalink

    Heureusement qu’il n’y a plus de guillotine car avec le « comité de salut public du Tahoeraa » qui exclut à tour de bras…
    Tous ceux qui ne veulent plus cautionner le vieux Gazton on se lève et on démissionne tout en masse…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close