Statut de Jérusalem: la communauté internationale inquiète

Le président Donald Trump doit se prononcer cette semaine sur l’épineux statut de Jérusalem, mais plus l’heure de la décision approche, plus la pression internationale s’intensifie pour qu’il évite tout choix susceptible de ruiner les espoirs de relance du processus de paix.

Après les Palestiniens puis leurs alliés, la France a émis lundi soir son propre avertissement au président américain. Dans un entretien téléphonique, le chef de l’Etat français Emmanuel Macron a « exprimé sa préoccupation sur la possibilité que les Etats-Unis reconnaissent unilatéralement Jérusalem comme capitale d’Israël », a rapporté l’Elysée.

« Aucune action ne sera prise sur la dérogation »     

La question est pourtant la même tous les six mois depuis plus de deux décennies: le président américain accepte-t-il de déménager l’ambassade des Etats-Unis en Israël vers Jérusalem, comme le prévoit une loi adoptée en 1995 par le Congrès, ou signe-t-il une dérogation pour la maintenir à Tel-Aviv, à l’instar du reste de la communauté internationale?

La nouvelle date-butoir pour renouveler la dérogation tombait théoriquement lundi. Jusqu’ici, les présidents successifs ont choisi la seconde solution.

Malgré sa promesse de campagne en faveur d’un déménagement, M. Trump a fini lors de la précédente échéance en juin par se résoudre à attendre, pour « donner sa chance » à la paix.

Source: Yahoo Actualités

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close