Tahiti Mahana Beach: un nouveau départ

Les ministres du Tourisme et de l’Equipement, respectivement Jean-Christophe Bouissou et Albert Solia, ont rencontré la presse ce mardi matin pour annoncer officiellement la défaillance du groupe Récas dans le financement du Tahiti Mahana Beach mais aussi et surtout, la reprise en main du projet.

Autrement dit, n’en déplaisent aux esprits chagrins, ce projet touristique d’envergure pressenti sur la côte ouest de Tahiti, n’est pas mort.

Comme il l’a toujours fait, le gouvernement a une fois de plus voulu jouer sur la transparence, en expliquant notamment que la procédure mise en oeuvre s’est appuyée sur trois fondements: la rigueur, la méthode et la prudence. Mais constatant la difficulté du groupe Récas (dont le siège est à Hong-Kong) à réunir son tour de table d’investisseurs et à produire les engagements fermes – à commencer par le paiement d’une caution de 2 millions de dollars (200 millions de Fcfp) – on pouvait craindre le pire! C’est ainsi que lors du conseil des ministres extraordinaire du 13 juin, la défaillance du groupe Récas a été prononcée.

Se sentant quelque part libérés de leurs obligations, les ministres Bouissou et Solia n’ont pas attendu pour engager des discussions avec des investisseurs privés qui, eux aussi, sont en capacité de lever des capitaux étrangers. On parle notamment d’une grande banque de la place qui devrait faire connaître ses intentions dans les prochaines semaines. Car ils n’en démordent pas: le site de Punaauia est séduisant à bien des égards et le besoin d’accroître la capacité hôtelière du Pays ne fait plus l’ombre d’un doute.IMG_0401

Certes, le Tahiti Mahana Beach, nouvelle formule, pourrait rejaillir sous une forme un peu différente, « moins dense mais à taille plus humaine », précise le ministre du Tourisme. Il n’en sera pas moins ambitieux…, a t-il renchéri dans un souci de préserver le haut de gamme avec des grandes signatures en guise d’exploitants. D’autant que les esquisses architecturales ainsi toutes les études réalisées depuis 2014 sont la propriété de TNAD. En revanche, sur le montant de l’investissement, il n’est plus question aujourd’hui de parler de 250 milliards Fcfp qui, de toute façon, constituait jusqu’ici l’ hypothèse haute.

Quant à l’aménagement du site, il poursuivra son cours. Sur les 240 familles identifiées au départ, seules douze font encore de la résistance. Une fois que les montants d’indemnisation seront arrêtés, courant août, la procédure pourra aller jusqu’à son terme, a indiqué Albert Solia. Mais ne comptez pas sur le ministre de l’Equipement pour annoncer la date du coup de pioche décisif! En revanche, ce qui est sûr, c’est que « 1000 clés supplémentaires vont être mises sur le marché dans les deux ans qui viennent », a assuré son homologue du Tourisme, s’agissant notamment du nouveau complexe hôtelier implanté à proximité du golf de Moorea

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close