Tahiti Mahana Beach: un protocole d’accord sera conclu avant la fin décembre 2015

 

Dans le cadre de la transparence souhaitée par le président de la Polynésie française, un point sur l’avancement du projet Tahiti Mahana Beach a été fait, mercredi, par le ministre de l’Equipement Albert Solia, rapporte la Présidence dans un communiqué.

Il convient néanmoins de rappeler que la procédure de dialogue compétitif entre les candidats étant en cours, certaines informations ne pourront pas être communiquées pour des raisons évidentes de confidentialité.

Suite à l’appel à manifestation d’intérêts d’investisseurs engagé en janvier 2015, trois groupements ont exprimé leur intérêt pour participer au projet en juin 2015.

L’Epic TNAD, avec l’accord du gouvernement, a établi, sur la base des études économiques, juridiques et financières qu’il a réalisés, un « cahier des charges » (programme fonctionnel des besoins, règlement de consultation et manuel d’élaboration des offres), qui fixe les conditions et les attentes du Pays pour ce projet qui sera conçu, financé et exploité par l’investisseur privé qui sera retenu.

Ces principales attentes du futur complexe touristique Tahiti Mahana Beach sont qu’il soit :

  • Un effet moteur pour la destination Tahiti en termes économiques et d’emplois

  • Inscrit dans la réalité du potentiel de Tahiti et de la Polynésie Française dans son contenu et son dimensionnement ;

  • Intégré dans la stratégie touristique de la Polynésie Française et en synergie avec les autres îles

  • Marqué par une ambition résolument haut de gamme et par des opérateurs de qualité internationale

  • Apporteur de filières touristiques nouvelles et complémentaires

  • Largement accessible aux Polynésiens

Ainsi, le gouvernement au travers de TNAD, a clairement affiché sa volonté pour que ce projet soit équilibré, intégré et qu’il reflète, tant sur le plan économique, touristique que sur le plan environnemental et social, les ambitions de notre pays.

Cette volonté est exprimée par :

  • un souci d’équilibre entre hôtellerie, immobilier de loisir et services, une organisation centrée sur un « cœur de resort » proposant une palette d’activités unique à l’échelle de la Polynésie française, dans une approche de style d’inspiration polynésienne et moderne à la fois,

  • une cohérence avec les ambitions du Pays en termes de transition énergétique et de préservation de notre environnement se traduisant par la possibilité d’étendre le périmètre foncier par la création d’un remblai limité,

  • des espaces publics ouverts à la population, à la fois en partie plage et avec la mise en place de parcs et de centres de loisirs.

En effet, le gouvernement est particulièrement attaché à préserver l’impact sur l’environnement d’un projet d’une telle dimension, et c’est pourquoi le remblai a été strictement limité en termes de dimension (max 12 hectares) et de volume de remblai (max 650 000 m3) bien en deçà des projets qui avaient été présentés en juillet 2014.

Ainsi, ce cahier des charges a prévu un minimum de chambres d’hôtel et d’unités d’immobilier de loisir sous diverses formes (pleine propriété, propriété allégée, timeshare…), et des équipements touristiques structurants (centre de conférence, salle de spectacle, village polynésien, boutiques…), et il a laissé l’opportunité aux candidats de s’exprimer sur l’opportunité d’un casino lié à un hôtel de 250 chambres minimum et d’autres infrastructures de loisirs (ex : parc aquatique) et d’espaces publics.

Sur la base de ce cahier des charges, deux candidats ont remis des offres initiales pour la date du 15 septembre 2015, à savoir: le groupe chinois Towercrest et le groupement Recas-China Railway – G70. Le groupe Forebase s’est quant à lui, retiré de la compétition.

Les termes de ces offres sont confidentiels et ne peuvent être divulgués. Ces offres ont été analysées et ont fait l’objet de sessions de dialogue compétitif avec chacun des deux candidats entre le 5 et le 13 octobre 2015.

TNAD adressera aux candidats les éléments définitifs du cahier des charges à la fin du mois d’octobre 2015 afin que les candidats puissent améliorer leur offre initiale et remettre une offre finale fin novembre 2015. Ces offres seront analysées puis classées de sorte que l’investisseur pressenti soit retenu et qu’un protocole d’accord soit conclu avant la fin du mois de décembre 2015.

Le gouvernement est confiant sur l’aboutissement de ce projet dont la conduite, par TNAD sous forme de dialogue compétitif, permet de faire converger les offres des candidats investisseurs vers les attentes du Pays.

Dans cette perspective, le gouvernement mettra également en œuvre dès 2016, les travaux routiers et d’assainissement des eaux de la zone de Outumaoro afin que les travaux commencent au plus vite après la signature du contrat définitif prévue en juin 2016.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close