Tau Hoturau: en route pour la présidentielle derrière Macron, puis les législatives

Le mouvement politique Tau Hoturau a présenté officiellement, samedi matin à la mairie de Papeete, ses candidats en lice pour les Législatives 2017.

 

Moins d’un an après son avènement dans le paysage politique polynésien, Tau Hoturau, qui se veut annonciateur d’une « nouvelle ère », est en passe de vivre sa première épreuve du feu. Celle qui lui permettra de jauger objectivement la mobilisation de ses troupes…

Dans cette perspective, le jeune parti compte sur ses trois représentants désignés: Tauhiti Nena dans la circonscription 1, Faana Taputu (dans la 2ème) et Albert Roi (3ème). Ils auront, respectivement, Sylvana Klima, Patricia Para et Vetea Sanford comme suppléants (es).

Mais avant la députation en juin, il y a les présidentielles! Beaucoup plus proches, celles-ci…A cinq semaines maintenant du premier tour, Tauhiti Nena et ses cadres se rangent derrière Emmanuel Macron. Le seul, il est vrai, qui ne disposait jusqu’ici d’aucun relais auprès des électeurs polynésiens. A cette fin, le président de Tau Hoturau s’est engagé à créer un comité « En Marche » dans chaque commune. Ce sera surtout l’occasion de compter ses troupes…

Aux yeux de Tauhiti Nena, il est essentiel de se faire entendre du futur président de la République. Si l’ancien locataire de Bercy est toujours crédité de bonnes intentions de vote, au point de le voir qualifier pour le second tour, rien n’est encore fait. Et la campagne électorale promet encore bien des surprises avant le jour « J », à savoir le 23 avril.

Globalement, entre la présidentielle et les Territoriales de 2018, Tau Hoturau entend bien faire avancer ses idées, à savoir: promouvoir le rajeunissement de la classe politique polynésienne, mettre de côté le débat institutionnel tout en programmant un référendum d’autodétermination d’ici 15 à 20 ans, ou encore oeuvrer à une diminution du coût de la vie. Outre les prix de l’électricité, Tauhiti Nena en a profité pour décocher quelques flèches à l’adresse de l’équipe municipale en place à Papeete où, selon lui, « on paie l’eau la plus chère ».

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close