Tensions extrêmes dans le hall de l’assemblée

12h50, le vice-président de l’assemblée de la Polynésie française, René Temeharo, vient de prononcer une suspension de séance avant une reprise des travaux à 13h45.

Il était temps! Peu avant, le président du Pays, Edouard Fritch, a fait une déclaration solennelle devant la représentation territoriale pour justifier, une fois encore, la nécessité de réformer la PSG (Protection sociale généralisée) et notamment les conditions de départ à la retraite des salariés polynésiens.

Face à la contestation populaire, le gouvernement maintient le cap, à savoir l’adoption du texte dans la journée, moyennant quoi trois propositions de dernière minute ont été adressées à l’intersyndicale afin de désamorcer la crise. Dont l’une vise à fixer à 60 ans l’âge de départ en 2019 (au lieu de 62 en 2021 comme prévu dans le texte) et de laisser le soin au conseil ad-hoc constitué de partenaires sociaux de faire évoluer le « curseur » en fonction des besoins de financement du régime.

Craignant des débordements dans l’enceinte de l’institution où plusieurs centaines de personnes ont pris position depuis ce matin, le président Marcel Tuihani a renouvelé ses appels au calme, avant d’annoncer que le président Fritch était disposé à recevoir les syndicats avant la reprise des travaux.

Affaire à suivre…

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close