Territoriales (1er tour): les chiffre-clés du scrutin

Coup d’envoi, dimanche 22 avril, du premier tour des élections territoriales pour la désignation des cinquante-sept représentants élus à l’assemblée de la Polynésie française.

Les 237 bureaux de vote disséminés sur l’ensemble du territoire, grand comme l’Europe, ouvriront leurs portes à 8h pour accueillir les premiers électeurs. La plupart fermeront à 18h, d’autres à 19h mais c’est à Bora Bora que les opérations seront closes le plus tard (20h) afin de permettre aux salariés du secteur touristique d’accomplir leur devoir citoyen.

A la date du 1er mars dernier, 205 625 électeurs étaient inscrits sur les listes électorales, soit une progression significative (191 835) par rapport à 2013. Mais c’est surtout le taux de participation qui sera scruté de près par les états-majors politiques; le signe en quelque sorte que les Polynésiens ont adhéré (ou non) aux multiples annonces qui ont été faites durant la campagne.

Aux dernières Territoriales, 129 389 bulletins (exprimés, blancs ou nuls) avaient été comptabilisés, soit une participation de « seulement » 67,46%.

Six listes sont en compétition cette fois-ci contre neuf en 2013, année durant laquelle seules trois avaient pu accéder au second tour; celles-ci ayant franchi la barre fatidique des 12,5 % des suffrages exprimés. C’est dire la difficulté de l’exercice…et donc la nécessité de se rassembler plutôt que d’aller seul à la bataille!

Sans surprise, le plus gros bassin d’électeurs se concentre dans les trois sections de Tahiti et Moorea pour un total de 178 541 voix potentielles. Ces trois sections éliront à elles seules trente-sept des cinquante-sept représentants à Tarahoi.

Pour l’emporter au 1er tour – ce qui paraît difficile ! – une liste devra rassembler au moins 50% des suffrages exprimés. Prenons l’hypothèse dimanche soir d’un même niveau de participation (67,46%) qu’en 2013, l’objectif à atteindre est supérieur à 70 000 voix, soit donc la moitié du nombre de bulletins exprimés attendus autour 138 000.

A l’issue du second tour, la liste qui comptera le plus grand nombre de voix décrochera la « prime majoritaire », soit un bonus de facto de dix-neuf  sièges, les trente-huit autres étant répartis à la proportionnelle selon le score obtenu par chacun des finalistes.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close