Territoriales: Geffry Salmon a t-il les épaules suffisamment larges…?

La tête de liste pour le Tahoeraa huiraatira joue « gros » dans la perspective de mener les troupes oranges à la victoire les 22 avril et 6 mai prochains.

A un peu plus de quinze jours maintenant du premier tour des élections territoriales pour le renouvellement des 57 représentants à l’assemblée de la Polynésie française, certains s’interrogent sur le choix du « vieux lion » pour lui succéder – temporairement – à la barre du navire.

En somme : Geffry Salmon est-il « the right man à the right place » pour contenir la vague rouge du Tapura ? Pire encore: le voulait-il seulement ?

Toujours est-il qu’en dehors de la nouvelle présidente déléguée, Teura Iriti, par ailleurs chef de groupe à Tarahoi, Gaston Flosse n’avait guère d’autres figurants crédibles à mettre sous les projecteurs, à quelques jours seulement de la clôture du dépôt des listes à la DRCL.

Ce qui n’enlève rien aux qualités de l’intéressé qu’il a d’ailleurs démontrées par le passé: à l’OPT, à la tête d’Air Tahiti Nui ou encore de 2013 à 2014, au ministère du Tourisme, au moment de l’ébauche du projet Tahiti Mahana Beach à Punaauia.

Mais force est de reconnaître que Geffry Salmon n’est pas un grand communiquant! C’est le moins que l’on puisse dire…Raison pour lesquelles on ne le voit pas sur les plateaux télévisés ou à la radio pour défendre les actions du prochain quinquennat. Il laisse ça à d’autres et en premier lieu, à son mentor et hypothétique « conseiller spécial à la Présidence, qui ne rêve que d’une chose: croiser le fer avec Edouard Fritch pour espérer lui faire mordre la poussière. Dans l’hypothèse où il est désigné aux fonctions suprêmes de notre pays, sera t-il toujours aussi effacé, au risque de passer pour une « marionnette ». La question mérite d’être posée.

Alors oui, qu’on le veuille ou non, il y a tout un monde politique entre un Gaston Flosse que rien ne semble vouloir arrêter… et Geffry Salmon qui, pour reprendre l’expression de notre consoeur Christine Bourne « a l’air d’un condamné à perpétuité ». Une image, une posture et probablement un manque de convictions qui ne sont pas de nature à promouvoir le vote orange le jour venu.

(Photo d’archives)

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close