Territoriales: le bus à 100 Fcfp pour les « SDF salariés du marché de Papeete »

A entendre certains élus, on aurait tendance à prendre les électeurs polynésiens pour des imbéciles. Exemple parmi d’autres glané lors du dernier débat radiophonique sur Radio 1 comptant pour les Territoriales entre Sandra Lévy-Agami (Tahoeraa huiraatira) et Nuihau Laurey (Tapura huiraatira).

Pour justifier la mise en place de l’une des douze « mesures d’urgence » du parti orange s’il arrive au pouvoir, en l’occurence le ticket de bus à 100 francs pacifique pour tout le monde, l’élue de Mahina a expliqué avec beaucoup de sérieux que c’est en interrogeant les SDF autour du marché de Papeete – dont certains seraient salariés et dans l’impossibilité de rentrer sur Tautira tous les soirs car il leur en coûte 450 Fcfp aller et autant pour le retour – que le Tahoeraa a eu « l’idée » d’instaurer ce dispositif. C’est dire la profondeur de la réflexion…

Son contradicteur, l’ancien vice-président du Pays et actuel sénateur de la Polynésie française, lui a aussitôt fait remarquer que par définition un SDF n’avait pas de toit pour coucher et encore moins de famille à retrouver le soir après le travail. Raison pour laquelle d’ailleurs il se trouve dans un tel dénuement. Nous aurions également pu rétorquer à Sandra Lévy-Agami que ces « sans domicile fixe », fort heureusement, ne sont pas tous natifs du fin fond de la presqu’île mais peut-être de Teva i Uta ou bien sur l’autre côte de Hitiaa o Tera.

Que dire encore de l’autre promesse-phare, à savoir la cantine scolaire gratuite pour tous les enfants au motif que, pour nombre d’entre eux le repas du midi est souvent le seul consistant et équilibré de la journée, faute de petit-déjeuner le matin et d’un maigre café-pain-beurre le soir avant d’aller se coucher. A l’évidence, « SLA » ne fréquentent pas suffisamment les écoles du fenua sinon elle constaterait, comme nous, que nos pensionnaires ne sont pas très affamés vu l’état des plateaux et de la quantité de ma’a qui part systématiquement à la poubelle!

Plus sérieusement, les vieux démons sont de retour au Tahoeraa sous la forme d’un clientélisme qui, pourtant, a montré ses limites depuis belle lurette. Pour preuve, la défaite de 2004…Alors, si avoir une pensée pour les « petits » Polynésiens et tous ceux qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts, se résume à un telle gabegie budgétaire, nous pouvons être inquiets pour l’avenir de cette société.

Télécharger l'article en PDF

3 pensées sur “Territoriales: le bus à 100 Fcfp pour les « SDF salariés du marché de Papeete »

  • 16 avril 2018 à 10 h 44 min
    Permalink

    quel déception et désolation,
    d’une jeune cadre qui pourtant promettait,…
    mais la bassesse de son raisonnement nous laisse pantois !

    son désir de plaire et de se trouver une place dorée en politique commence a faire tâche ,…elle a perdu la réalité des choses
    elle a fait des erreurs qui la suivront encore longtemps,..

    dommage ; elle rentre définitivement dans le moule des politiciens et des partis « has been » qui finalement lui sied bien,..

    Répondre
  • 16 avril 2018 à 18 h 01 min
    Permalink

    Demain on rase gratis !!!! Voilà le discour du tahoeraa. Il faut espérer que les électeurs ne soutiendront pas cette bande de rigolos !!

    Répondre
  • 17 avril 2018 à 4 h 59 min
    Permalink

    Qd la bêtise est la marque de fabrique des élus censés être des êtres censés, e ere anei. Sdf salarié de Papeete ça n’existe pas parceque un sdf est par définition sans toit e pai c’est comme hoa ia, les célibataires géographiques, ils ne sont pas célibataires ils sont mariés tera ra ils n’ont pas hoi leur vahinés avec eux no reira hoi qu’on dit qu’ils sont célibataires géographiques e ere a nei? Les sdf salariés de Papeete n’ont pas leur toit avec eux et ne peuvent ni se payer l’hôtel ni rentrer chez eux. Alors respect svp, c’est la moindre des choses face à des travailleurs pauvres. Camembert.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close