Territoriales: malgré la tempête, le capitaine Flosse tient bon la barre

Le congrès du Tahoeraa huiraatira, actuellement en cours sur le site de l’ancien hôpital Mamao, rassemble plusieurs milliers de militants et sympathisants.

A l’évidence, l’inéligibilité du « vieux lion », confirmée il y a quarante huit heures par la cour de Cassation à Paris, a n’a en rien altéré la détermination des soutiens oranges à moins d’un mois maintenant du premier tour de l’élection pour le renouvellement des représentants à l’assemblée de la Polynésie française.

Selon les organisateurs, huit à neuf mille chaises ont été positionnées sous les différents chapiteaux pour accueillir la foule venue en bus de toutes les communes de Tahiti et Moorea. Toutes n’étaient certes pas occupées (cf nos clichés)…mais l’appel des cadres du mouvement a visiblement été entendu. Comme une réponse, ou un défi (?) en quelque sorte, au rassemblement du Tapura d’Edouard Fritch, tenu ici même, il y a une semaine.

Le congrès a démarré aux alentours des 9h après l’accueil triomphal réservé au metua et celui-ci est censé durer une bonne partie de l’après-midi.

Outre les animations musicales et le folklore programmés tout au long de cette journée, c’est bien la présentation des listes oranges qui est attendue. Sans oublier le discours de Gaston Flosse qui, à peine après avoir été officiellement reconduit à la tête du parti avec Teura Iriti comme présidente déléguée, a sonné la charge: « Notre bateau navigue en pleine tempête. Nous avons contre nous l’Etat, la France et le gouvernement de notre pays (…) Mais nous vous mènerons à la victime… », a lancé le vieux lion encore très remonté contre la décision judiciaire qui met un coup d’arrêt à sa carrière politique. Tout au moins, jusqu’en juillet 2019.

Mais pour ceux qui connaissent le « bonhomme » et sa propension à rebondir, Gaston Flosse est plus que jamais déterminé à peser dans le suffrage qui s’annonce. Le Tahoeraa peut désormais compter sur les « petits partis » Here Ai’a et Ia Hau Noa de Bruno Sandras ainsi sur que le ralliement d’anciens  cadres du Tavini comme Tamara Bopp-Dupont ou plus récemment le syndicaliste, Angélo Frébault, l’un des instigateurs du dernier mouvement de grève qui s’est soldé par le retrait du projet de réforme des retraites.

A l’heure où nous écrivons, Gaston Flosse prononce sa grande allocution. Peu de temps auparavant, une projection sur grands écrans a consacré les grandes lignes du bilan de ses vingt années au pouvoir avec, entre autres, l’avènement d’Air Tahiti Nui, la construction de l’hôpital du Taaone ou encore les jardins de Paofai sur le front de mer de Papeete. A l’en croire, d’autres grands investissements doivent aujourd’hui être lancés: la route Te Ara Nui, sorte de voie rapide reliant la Punaruu à Taravao, l’extension des aéroports de Tahiti Faa’a et Bora Bora, la création d’une université de la mer et d’un centre culturel à Vaiami, un projet déjà à l’étude.

Ndlr: Nous reviendrons plus en détail sur ce congrès une fois que seront dévoilées les listes aux Territoriales.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close