Territoriales: qu’est-ce qui a changé entre 2013 et le scrutin de 2018 ?

Au lendemain du congrès du Tapura huiraatira, et compte tenu désormais des forces en présence -même si le Tahoeraa n’a pas encore abattu toutes ses cartes!- il est temps de nous livrer à une petite analyse sur la base des Territoriales de 2013.

Le président Edouard Fritch l’a clairement annoncé samedi soir devant près de 7000 militants et sympathisants réunis à Mamao: « Mon objectif est de gagner au 1er tour! » Il craint en effet qu’au second, le 6 mai, le jeu des alliances (UPLD-Tahoeraa ?) se fasse au détriment de la majorité actuelle. Tout dépendra donc des résultats obtenus le 22 avril…

On sait aujourd’hui que le Tahoeraa huiraatira a perdu de sa superbe après le départ de ses principaux ténors: Edouard Fritch, Michel Buillard et d’autres pour commencer…Marcel Tuihani, Thomas Moutame récemment encore. L’UPLD n’est pas en grande forme non plus, au point de se recentrer sur son canal historique (le Tavini huiraatira). Mais la voix d’Oscar Temaru est de plus en plus contestée en son sein comme on a pu le voir avec la probable constitution d’une liste dissidente formée par Heia Parau et Vatea Heller.

Toujours est-il que la donne est sensiblement différente de celle de 2013.

Il y a bientôt cinq ans, la Maison orange avait totalisé 62 340 suffrages, loin devant l’UPLD (40 441) et A Ti’a Porinetia (35 421) présidé alors par Teva Rohfritsch. Ce résultat signait le retour au pouvoir du Tahoeraa et du « vieux lion » avec 38 représentants élus à l’assemblée, contre seulement 11 « bleus » et 8 ATP.

Si le Tapura ne peut décemment pas prétendre à une addition des forces (oranges et rouges), elle devrait – logiquement – dépasser le score du Tahoeraa en 2013. D’autant qu’il revendique aujourd’hui une base de 47 000 adhérents à jour de cotisation, a révélé la secrétaire générale Nicole Bouteau. Sans parler des anonymes et autres soutiens individuels qui n’ont pas pour habitude de fréquenter les meetings.

C’est naturellement dans les sections 1 et 2 des Iles du vent que tout devrait se jouer. C’est là, en effet, que le nombre d’inscrits et de votants est le plus important, d’où les 26 sièges à pourvoir sur les 57 représentants que compte l’APF. Un gros challenge pour Edouard Fritch (sur Pirae, Arue, Papeete, Moorea) et Nicole Sanquer qui pourra compter sur toute la dynamique de Paea compte tenu des places de choix réservées à son maire, Jacquie Graffe (2ème), et à la jeune protégée de celui-ci, Tepuaraurii Teriitahi (5ème).

La section 3 des IDV est probablement celle de tous les « dangers ». Elle regroupe les populations de Faa’a et Punaauia, avec un avantage certain pour les indépendantistes. Alors qu’il avait menacé de quitter le navire, Rony Tumahai, tavana de Punaauia, a bien obtenu la première place. En 2013, ATP avait totalisé dans cette commune 4490 suffrages, distancé d’un peu plus de 1000 voix par le Tahoeraa. La tendance sera t-elle inversée cette fois-ci ? Il faut l’espérer. Sur Faa’a, Isabelle Sachet (2ème), Teura Tarahu (4ème) et J.C Bouissou (5ème) ne seront pas de trop pour contrer le leader indépendantiste et son gendre, le député Moetai Brotherson.

Voilà donc ce que nous pouvions dire à cinq semaines maintenant du 1er tour des Territoriales. Autant dire que rien n’est gagné d’avance…, c’est en tous cas le message répété à plusieurs reprise par les responsables du Tapura qui n’entendent certainement pas crier victoire avant l’heure.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close