Teva Rohfritsch reçu au Cluster Maritime français

Le ministre de la Relance économique et de l’économie bleue, Teva Rohfritsch, a été reçu, lundi à Paris, durant plus d’une heure par Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président du Cluster Maritime Français.

 

Au cœur de cet entretien, de nombreux dossiers en lien avec l’économie maritime et les câbles sous-marins. Avec un objectif à très court terme : créer des emplois.

« Le grand avantage du Cluster Maritime Français, c’est qu’il représente un très grand réseau, où l’on retrouve nombre de décideurs que ce soit du côté de l’Etat mais aussi dans de celui des très grandes entreprises » a déclaré Teva Rohfritsch au terme de son échange avec le président Frédéric Moncany de Saint-Aignan.

De nombreux dossiers devraient bénéficier du soutien du Cluster. A commencer par celui de l’Energie Thermique des Mers (ETM). Le Pays souhaite, en effet, faire de Tahiti, le centre de ce savoir-faire français dans la Pacifique : « Cela nous permettra de tabler sur notre propre savoir-faire en matière de construction navale. Et d’avoir un centre d’expertise sur les travaux maritimes à Papeete. Les installations de l’armée ont permis à de nombreuses entreprises polynésiennes de développer ces techniques. Aujourd’hui, il faut trouver de nouveaux marchés et l’ETM pourra permettre à la Polynésie de rayonner dans le Pacifique ».

La zone de Fare Ute réaménagée

Le réaménagement de Fare Ute est lié à l’Energie Thermique des Mers. Cette zone d’activité a servi à l’armée. D’ici peu, le site devrait revenir à la commune de Papeete et le gouvernement travaille déjà à sa reconversion : « Si nous avions la possibilité d’accueillir l’ETM chez nous et d’assembler un certain nombre d’ouvrages localement, cela pourrait se faire à Fare Ute où serait recréé un environnement pour la construction navale. Ensuite, pourquoi pas, avec un dock flottant rénové, nous pourrions nous repositionner pour la croisière ou encore accueillir les flottilles de pêche internationales. Nous serions alors les seuls à le faire dans cette partie du Pacifique ».

Sur ce dossier de l’ETM, le soutien du Cluster Maritime Français devrait être déterminant. Il est vrai que son Président intervient dans un certain nombre de commissions qui sont décisionnelles et il est membre de conseils d’administrations de Fonds d’investissements. « Sa voix compte, a souligné Teva Rohfritsch. Nous souhaitions un soutien franc et massif de sa part et je crois que c’est acquis. Monsieur Frédéric Moncany de Saint-Aignan soutient nos dossiers et c’est une chance ».

En ce qui concerne le secteur de la pêche, le gouvernement est en discussion avec l’Agence Française de Développement (AFD) sur des audits de filières. La question est de savoir dans quelle mesure le renouvellement de la flottille pourrait être envisagé. Dans l’instant, il ne s’agit pas tant de la développer que de garder une cinquantaine de navires en situation de pêche.

Construction navale et formation

Ce renouvellement pourrait à terme porter sur quatre à cinq bateaux par an, en accord avec Paris. « Nous pourrions alors envisager de relancer la construction navale en Polynésie. L’enjeu est aussi de recréer des emplois à terre à Tahiti. C’est tout l’enjeu de cet audit », a indiqué Teva Rohfritsch.

Sur les questions de perles, il y a, certes, moins d’experts nationaux, néanmoins le gouvernement polynésien devrait avoir des contacts grâce au Cluster Maritime Français sur le volet commercialisation.

En matière de formations maritimes, le ministère de la Relance économique espère mettre en place des partenariats avec l’Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM) et un centre de formations à Concarneau qui proposent du e-learning qui permettrait de former de jeunes polynésiens à distance.

Frédéric Moncany de Saint-Aignan est aussi membre du conseil d’administration de l’ENSM. Teva Rohfritsch lui a dit qu’il souhaitait vivement favoriser l’organisation de concours pour permettre à de jeunes Polynésiens d’accéder à cette école : « Le président du Cluster Maritime Français m’a assuré qu’il allait en parler, de manière, notamment, à ce que nos étudiants puissent passer des concours en journée pour être sur le même pied d’égalité que les autres », s’est réjoui le ministre polynésien de l’Economie bleue.
Mardi, Teva Rohfritsch sera reçu à la Délégation Interministérielle à l’égalité des chances, puis au Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) par son Directeur général délégué.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close