Transport scolaire : de nouvelles mesures pour davantage de sécurité

Michel Leboucher, a rencontré, mardi 12 novembre, monsieur Félix Bernardino, l’oncle de Keala qui a perdu la vie au PK 42 de Papara le 7 octobre dernier. Depuis sa famille se bat pour qu’un tel drame ne se reproduise plus.

En effet, ce drame a ému toute la Polynésie et pour éviter que d’autres enfants soient victimes de tels accidents, le Gouvernement a mis en place une commission interministérielle composée du Ministère de l’Equipement et des Transports, du Ministère de l’Education, de l’Etat et des communes afin de trouver les mesures adéquates à mettre en œuvre.

Bien que conscient des difficultés rencontrées par le gouvernement pour la mise en œuvre de structures durables,  les familles souhaitent qu’un certain nombre de mesures urgentes soient réalisées afin de protéger davantage la sécurité de nos enfants.

Le ministre de l’Education a présenté lors de cet entretien les mesures immédiates qu’il propose de mettre en place rapidement concernant le transport scolaire. Il y a d’une part l’amélioration de la visibilité des bus par une signalisation à l’arrière lors de l’arrêt ou la pose de gyrophares sur les transports scolaires afin d’attirer la vigilance des automobilistes et les inviter à la prudence. Et d’autre part, l’ajout systématique d’un 2ème convoyeur dans chaque bus scolaire. Cette mesure permettra également de créer de l’emploi avec la possibilité de s’appuyer sur le dispositif CAE « d’accès à l’emploi » dès sa mise en place.

D’autres mesures de sécurité seront instaurées ultérieurement avec notamment la révision du statut du transport scolaire en Polynésie française et le renforcement des contrôles vis-à-vis des transporteurs, qui seront plus fréquents et obligatoires, aussi bien pour la sécurité à l’intérieur du bus que la maintenance du transport en question. Mais la réflexion ne s’arrêtera pas là, a assuré le ministre de l’Education qui entend faire de ce problème une priorité

Messieurs Michel Leboucher et Félix Bernardino s’accordent à dire que « nos enfants ne doivent plus être les victimes de chauffards et des infrastructures qui ne sont pas suffisamment protégées ». D’autres discussions suivront pour envisager d’autres mesures, mais aussi pour assurer le suivi de la mise en place de ces différentes mesures, et continuer ainsi à travailler ensemble pour la sécurité routière et scolaire de nos enfants.

 

Rédigé par: communiqué de la présidence

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close