Un « commission d’enquête » à l’Assemblée…pour quoi faire ?

Face à l’insistance du président de l’assemblée de la Polynésie française, Marcel Tuihani, de créer une « commission d’enquête » à caractère économique, la présidente de la commission ad-hoc, Virginie Bruant, s’interroge ouvertement sur ses motivations.

« Enquêter sur quoi ? » demande d’emblée l’élue du groupe Tapura. Et à quel prix…serions-nous en droit d’ajouter puisqu’une enveloppe de 3,5 millions de Fcfp est prévue à cette fin.

Alors que le projet de création d’une commission d’enquête soutenu par l’actuel locataire du Perchoir vise à « recueillir tous les éléments d’information sur la réforme fiscale, y compris l’évolution de la fiscalité communale et le financement de la Protection sociale généralisée », Virginie Bruant estime pour sa part que cela risque surtout « d’empiéter sur le travail des élus des commissions correspondantes ». Et d’ajouter: « Il n’y a, à ma connaissance, aucune réforme fiscale prête à être appliquée dès le 1er septembre… »

S’agissant du volet fiscal, rappelons quand même à toutes fins utiles que le gouvernement Fritch ne fait que poursuivre le travail entamé par l’équipe précédente comme le Tahoeraa huiraatira s’y était engagé lors de la campagne des Territoriales de mai 2013. Et Marcel Tuihani ne peut l’ignorer puisqu’il s’agit de la réforme de l’impôt sur les transactions. Pour ce qui est des communes, là encore, le président du Pays n’a jamais caché sa volonté et sa détermination à oeuvrer en faveur de ces collectivités trop souvent oubliées.

Quant au chantier de la PSG enfin, le gouvernement Fritch a pris ce dossier à bras le corps après des années d’inaction. Mais ce que Marcel Tuihani ne dit pas, c’est qu’il a lui même désigné les représentants des groupes politiques à l’APF chargés d’assister à la concertation. Dans la plus totale transparence.

En conclusion, il y a fort à parier que cette initiative ne constitue qu’un nouvel épisode dans la « guéguerre » qui agite l’ex-majorité orange au pouvoir. Après ça, on pourra toujours dire qu’il n’y a pas d’instabilité…

Télécharger l'article en PDF

7 pensées sur “Un « commission d’enquête » à l’Assemblée…pour quoi faire ?

  • 14 août 2015 à 0 h 52 min
    Permalink

    parce que ce m. MT n’a pas sa place ds la reconstruction, pot de fleurs un jour… ; à lui de travailler ds l’intérêt de la PF et non plus à la botte de l’autre… mais la confiance ça se construit et se mérite, les compétences malheureusement aussi. A lui de montrer que fini GF, mais ça ne tient qu’à lui de se détacher de sa réputation de pot, mais fautdra ê compétent et « patte blanche » (pas le pion de…)

    Répondre
  • 14 août 2015 à 5 h 11 min
    Permalink

    Pour surveiller ce que font les girouettes du Tapura qui se sont accaparés le pouvoir. C’est tout à fait normal !

    Répondre
  • 14 août 2015 à 5 h 29 min
    Permalink

    Tapura parle de transparence alors si ses membres n’ont rien à cacher pourquoi faire tant de manières?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close