Un plan de lutte contre l’alcoolisation des jeunes

C’est la réponse que le Haut-Commissaire de la République, Lionel Beffre, entend apporter à la recrudescence de la délinquance urbaine et de la violence en général.

 

Il est temps d’appeler un chat, un chat! Et de désigner le principal fléau de notre société. Son nom: l’alcool qui coule à flot dans les foyers polynésiens et qui est à l’origine de la plupart des faits divers.

Qu’il s’agisse de violences conjugales, d’abus sexuels, d’agressions gratuites sur la chaussée mais aussi et surtout d’accidents de la route, la consommation abusive d’alcool conduit inévitablement au pire. Elle touche toutes les couches de la société, jeunes et moins jeunes. Elle est prétexte à tous les excès et s’affiche partout, à commencer sur les réseaux sociaux comme s’il était indispensable de poser pour la gloire, une bouteille à la main.

Invité dimanche soir sur le plateau de Polynésie 1ère, le représentant de l’Etat a nommément désigné ce fléau qu’est l’alcoolisation. Peu de responsables politiques avant lui, qu’ils soient de l’Etat ou du Pays, n’avait osé en parler comme s’il s’agissait d’un tabu. Quand on voit la « guerre » qui est menée contre le tabac, et la répression fiscale qui en découle, nous serions bien inspirés d’en faire autant avec la bière érigée, sous nos latitudes, comme le symbole d’un art de vie.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close