Un projet pilote autour de la viande de chèvre aux Marquises

Le commerce de la viande de chèvre est une activité qui au cours des dernières années s’est développée de manière soutenue. Il représente aujourd’hui un revenu important pour de nombreuses familles de chasseurs et d’éleveurs. Le tonnage expédié vers l’île de Tahiti à partir des Marquises est évalué à environ 50 tonnes par an.

Le développement de cette filière est toutefois limité par les conditions de production de cette viande, laquelle provient essentiellement de la chasse pratiquée dans un cadre familial. Ne bénéficiant pas d’un traitement maîtrisé, elle ne fait l’objet d’aucune garantie sanitaire.

Le ministère du développement des ressources primaires, des affaires foncières, de la valorisation du domaine et des mines souhaite mettre en place un projet pilote sur les Marquises inspiré des centres de traitement du gibier de chasse opérationnels en métropole afin de garantir la qualité sanitaire des produits issus de cette filière et de permettre ainsi sa commercialisation.

La réalisation de cet objectif nécessitera :

– la mise en place d’un cadre réglementaire spécifique au « gibier » ;

– l’organisation d’un service public d’inspection sanitaire pour l’archipel des Marquises lequel pourra participer au développement d’autres projets ;

– la réalisation d’actions de formation des chasseurs qui souhaiteront déposer leurs carcasses dans ce centre de collecte (direction de la Biosécurité) ;

– la création d’une unité pilote de collecte et de traitement du gibier sous forme de conteneurs aménagés (coût évalué à environ 45 millions de FCFP) ;

– le développement d’un partenariat avec les collectivités locales et les associations de chasseurs et les éleveurs pour assurer la gestion et le fonctionnement de l’unité.

Le conseil des ministres est appelé à se prononcer sur le choix du lieu d’implantation du projet pilote. Cette étape accomplie, le premier centre pourrait être mis en place dès septembre 2018.

(Extrait CM)

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Un projet pilote autour de la viande de chèvre aux Marquises

  • 7 décembre 2017 à 11 h 18 min
    Permalink

    Tout est bon pour le gouvernement de foutre sa zone dans l’abattage des chèvres: je cite « inspiré des centres de traitement du gibier de chasse opérationnels en métropole afin de garantir la qualité sanitaire des produits issus de cette filière et de permettre ainsi sa commercialisation ». . Depuis des décennies les marquises expédient leurs carcasses entre les iles, il n’y a jamais eu de problèmes en quoi que ce soit jamais entendu dire qu’il y a eu des problèmes de santé ou autres dûs à la consommation de chèvre, Pourquoi aujourd’hui, pour encore essayer de grapiller sur le dos des petites gens. Ils vont aller chasser ensuite il faut qu’ils paient pour que leur produit soit tuer ou comme ils disent (les autorités) abattu dans les normes, il faut payer pour celui qui inspecte, il faut payer pour le lieu de stockage, ensuite pour le transport. Le keukeu au lieu de coûter comme aujourd’hui à 10.000 vaudra alors 20 à 30 milles balles. Cela deviendra un produit de luxe et on vient encore nous dire qu’il faut consommer local. Tupohe tu. Meama faaea na ta outou chalala. Pourquoi vous allez embêter le monde avec vos idées à 2 balles.
    Vous avez vu le bénéfice que cela fait pour les familles marquisienne et vous voulez avoir votre part de gateau aussi: « Il représente aujourd’hui un revenu important pour de nombreuses familles de chasseurs et d’éleveurs. Le tonnage expédié vers l’île de Tahiti à partir des Marquises est évalué à environ 50 tonnes par an ». Dites que vous voulez 20 à 30% de ce que cela représente. Maître renard par l’odeur alléché lui tint à peu près ce langage.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close