Une équipe-volante spécialisée dans le secours aux personnes ensevelies

Le haut-commissaire de la République en Polynésie française a décidé de mettre en place des formations au « sauvetage-déblaiement », au profit de sapeurs-pompiers, afin de mieux les préparer à des évènements tels que les glissements de terrain, les coulées de boue, les effondrements d’immeuble ou tranchée etc.

Depuis le 14 novembre 2016, dix-sept stagiaires, issus de corps de sapeurs-pompiers de différentes communes de Tahiti-Moorea, suivent cette formation, théorique et pratique. Elle est dispensée par deux spécialistes venus de métropole et un officier de la Direction de la défense et de la protection civile du cabinet du Haut-Commissaire.

Ce mardi 29 novembre 2016, les stagiaires ont participé à un exercice pour mettre en pratique les techniques de sauvetage qui leur ont été enseignées en présence de Frédéric Poisot, directeur de cabinet du Haut-Commissaire. Celui-ci s’est félicité de cette démarche grâce à laquelle la Polynésie française va désormais disposer d’une équipe intercommunale de sapeurs-pompiers spécialisés dans le secours aux personnes ensevelies suite à des glissements de terrains, l’effondrement de bâtiments, etc.

Les sapeurs-pompiers formés deviendront à leur tour des formateurs ce qui permettra de renforcer ce premier groupe de sauveteurs qui pourront se projeter sur l’ensemble des îles de Polynésie française chaque fois qu’une catastrophe surviendra. Frédéric Poisot a rappelé qu’en plus de l’aide d’extrême urgence d’un montant de 12 millions de FCFP apportés immédiatement par l’Etat aux victimes des intempéries qui ont touché la côte Est de Tahiti en décembre dernier, près de 115 millions de FCFP viennent d’être débloqués en complément. Le Ministère des Outre-mer a également décidé de financer cette formation à hauteur de 1,6 million de FCFP.

Les stagiaires ont testé, en situation réelle, différents équipements ultra-modernes dont un radar terrestre et un détecteur acoustique qui servent à détecter des victimes sous des décombres, des caméras qui peuvent être glissées entre les gravats ainsi que divers matériels de découpe d’acier et de béton : disqueuse, perforateur, carotteuse, etc.

Le scénario de l’exercice prévoyait l’intervention de sauveteurs pour évacuer des victimes prisonnières de bâtiments qui se sont effondrés sur elles suite à un séisme. Du brancardage en situation extrême a été effectué, il a permis aux stagiaires de répéter les gestes qu’ils auront à faire pour sauver des vies face à ce type d’évènement dramatique.

Communiqué du haussariat

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close