Vers une détérioration du climat social…?

Après la CPS, l’OPT, l’hôpital de Taaone, et l’huilerie de Tahiti (en cours)…les trois « mousquetaires » en charge de la défense des intérêts des salariés ne sont visiblement pas rassasiés de conflits sociaux et promettent du même coup des lendemains difficiles.

 

Ils sont devenus inséparables! Unis dans un même destin. Cyril Legayic, Ronald Terorotua et Patrick Galenon, puisque c’est eux donc il s’agit, multiplient les petites phrases depuis quelques semaines pour annoncer que le pire est à venir. Récemment encore, c’était la base de la fonction publique territoriale qui se plaignait de ne pas récolter les premières graines d’un début de croissance.

Désormais, on a un calendrier et une cible pour le mois de mai. Le 1er étant la Fête du travail et de ses revendications. Tout au moins, pour celles et ceux qui ont un emploi. Ce qui n’est pas donné à tout le monde…

Mais que l’on se rassure: leurs motivations à nos syndicalistes professionnels, détachés ad-vitam aeternam, ne sont pas politiques. Tant il est vrai que nos dirigeants, les vrais qui ont été élus par le peuple, sont passés maîtres dans l’art de la guerre et de la destruction massive.

Ce qui les tracasse, en revanche, c’est la situation économique et sociale du Pays qui peine à se redresser. Sur ce point, ils n’ont pas tort: la création d’emplois salariés, tous secteurs confondus, n’est toujours pas au rendez-vous. Selon les dernières statistiques communiquées par l’Ispf, ils sont en effet de plus en plus nombreux à s’inscrire au Sefi. Principalement, dans l’espoir un décrocher un précieux CAE (Contrat d’accès à l’emploi).

Pourtant, ils le savent bien qu’après dix ans d’instabilité politique et de changements de gouvernement, les chefs d’entreprises ont besoin de retrouver de la confiance pour investir, croire dans l’avenir du Pays et trouver de nouveaux débouchés. Si la crise interne qui secoue actuellement le parti majoritaire n’est pas faite pour les convaincre, une chose est sûre, le fait de multiplier les piquets de grève ne viendra pas améliorer le contexte général.

Par ailleurs, les syndicalistes voient plus loin avec l’annonce de réformes importantes pour pérenniser le système de protection sociale généralisée (PSG 2) ou améliorer l’application du code du travail. A en croire MM. Legayic, Terorotua et Galenon, celles-ci vont assurément engendrer des « sacrifices » pour les salariés, ce qu’ils réfutent d’emblée au nom de la défense de leurs encartés. Autrement dit, on ne change rien.

Aussi, d’une même voix, ils appellent le gouvernement à davantage de dialogue. Sinon…

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close